Nando de Colo
Nando De Colo a encore réalisé une prestation solide (12 points, 7 passes) | SYLVAIN THOMAS / AFP

EuroBasket : Contre la Bosnie, les Bleus ont passé la seconde

Publié le , modifié le

L’équipe de France, bousculée la veille contre la Finlande, n’a fait qu’une bouchée de la Bosnie ce dimanche (81-54) à la faveur d’un troisième quart-temps à sens unique. Le collectif tricolore a déroulé et fait le plein de confiance avant d’affronter lundi la Pologne, l’autre équipe invaincue de la poule. Tony Parker en a profité pour égaler le record du nombre de points marqués en championnat d'Europe (1030).

Difficile de trouver à redire concernant la prestation des Bleus, dimanche à Montpellier, pour leur deuxième match de l’EuroBasket 2015. Victimes de sérieux trous d’air la veille, les Français ont rectifié le tir. Sérieux et appliqués, ils ont fait la différence bien avant le quatrième quart-temps, où Vincent Collet s’est logiquement permis de faire reposer ses cadres Tony Parker (11 points, 5 passes), Nicolas Batum (11 points) et Boris Diaw (6 passes), au profit des remplaçants qui se sont tous illustrés.

Le déclic est venu du banc

Certes, sur le papier, ces Bosniens semblaient peu à même d’inquiéter l’armada française. Amputés de leur meilleur joueur, Mirza Teletovic (retenu par Phoenix, sa franchise NBA), ils avaient pourtant offert une jolie résistance à la Pologne la veille, avant de céder en fin de match. Ce dimanche, ils ont tenu dix minutes. Après une entame de match correcte, l’équipe de France a décollé grâce un cinq de remplaçants (Westermann, Fournier, Kahudi, Piétrus, Lauvergne) exceptionnel à l’entame du deuxième quart-temps. Avec ses trois membres de la génération 92, les Bleus vont monter l’intensité défensive de quelques crans et dérouler quelques superbes séquences en attaque pour creuser un premier écart avant la pause (37-26). Les remplaçants avaient déjà marqué autant de points (23) en une mi-temps que durant toute la rencontre face à la Finlande la veille. 

Au retour des vestiaires, le duel a tourné à la démonstration. Maladroit jusqu’alors (0/7), Nicolas Batum sortait de sa boîte (4/5) et lançait dix minutes à sens unique (30-10 dont une série fracassante, 21-0!) où Boris Diaw enchaînait les caviars, laissant Tony Parker, Nando De Colo et Rudy Gobert gérer la finition. Le match était plié. Léo Westermann, qui n’avait plus marqué depuis deux ans en Bleu, enfonçait le clou derrière l’arc (9 points), parfaitement relayé par Joffrey Lauvergne (12 points, 7 rebonds) et Charles Kahudi (7 points). Malgré la colère de l’ancien coach de Limoges, Dusko Ivanovic, les joueurs bosniens restaient impuissants – aucun ne franchira la barre des 10 points.

Parker égale Galis

Si Tony Parker aurait pu quitter le parquet bien avant le dernier quart-temps, le meneur français a insisté pour faire durer le plaisir : il savait qu'en marquant 12 points ce dimanche, il deviendrait le meilleur marqueur de l'histoire de l'EuroBasket. Il s'est finalement arrêté à 11, et attendra vingt-quatre heures de plus pour battre le total de points (1030) de la légende grecque Nikos Gallis. 

Les Bleus ont déjà un pied en huitième de finale, mais la qualification seule ne satisferait pas ces Bleus bourrés d'ambition : ils veulent la première place du groupe, un objectif largement à leur portée, et débarquer à Lille le weekend prochain avec beaucoup de confiance et des certitudes. Cela passera, lundi contre une Pologne elle aussi invaincue (2v-0d), par une performance au moins aussi sérieuse que ce soir, où chaque joueur, même ceux de l'ombre, même Mam Jaiteh qui a joué ses premières minutes, ont apporté leur pierre à l'édifice. Un collectif solide, avec du caractère, digne d'un tenant du titre candidat à sa propre succession.

Championnat d'Europe de Basket