Boris Diaw France-Israël
Boris Diaw lors de France-Israël pendant l'Eurobasket 2015. | PASCAL GUYOT / AFP

Eurobasket 2015 - Groupe A : Un match de dupes, la victoire et la première place pour les Bleus

Publié le , modifié le

L’équipe de France a bouclé jeudi le premier tour de l’Eurobasket par une cinquième victoire en autant de rencontres, en dominant Israël à Montpellier (86-61). Face à une équipe qui a préservé ses trois meilleurs joueurs en vue de la suite de la compétition, les Bleus n’ont pas eu à forcer leur talent pour s’assurer la première place du groupe A. Ils affronteront samedi à Lille la Turquie pour une place en quarts de finale, stade de la compétition à atteindre absolument pour ne pas voir s’envoler leur rêve olympique.

Les matches se suivent et se ressemblent pour la France. Après une rencontre sans réel enjeu contre la Russie mercredi, elle a eu droit à un match de dupes jeudi. En mettant au repos Omri Casspi, Lior Eliyahu et Gal Mekel, les trois fers de lance de son groupe, Israël a fait une croix sur la victoire avant même le coup d’envoi. Tout ça pour éviter la Turquie au prochain tour et défier l’Italie dimanche, avec un jour supplémentaire pour recharger les accus. Cette « finale » pour la première place de la poule s’est ainsi transformée en un entraînement grandeur nature pour les champions d’Europe en titre, face à une défense de zone qu’il pourrait bien retrouver fréquemment durant les matches à élimination directe.

Les hommes de Vincent Collet n’ont pas toujours bien mis à profit cette séance de travail collectif. Malgré un premier quart bien maîtrisé (22-10), ils ont ensuite balbutié leur basket, sont rentrés dans le faux rythme imposé par l’adversaire et ont longtemps manqué de réussite à longue distance. Le trio Raviv Limonad (13 pts) - Shawn Dawson (11 pts) - Boris Rothbart (11 pts) a permis aux Israéliens de rester dans le match et de revenir à 5 points des Bleus dans le troisième quart-temps. Après avoir compté jusqu’à 17 points d’avance, cela faisait désordre pour les partenaires de Boris Diaw.

Un zéro pointé pour Parker

Sauf que comme à chaque fois qu’ils ont été bousculés dans cet Euro, ils ont accéléré à leur guise. Comme la veille contre la Russie, la paire Rudy Gobert (15 pts, 10 rbds) - Joffrey Lauvergne (14 pts, 7 rbds) a réalisé un immense chantier. Charles Kahudi a confirmé son apport dans un rôle de D and 3 (défense et shoots primés). Surtout, Evan Fournier (12 pts à 4/6 à 3-pts) et Léo Westermann (8 pts, 3 pds) ont fait le plein de confiance, ce qui ne peut pas faire de mal à l’instant d’aborder les rencontres sans retour. Même Mouhammadou Jaiteh y est allé de ses deux paniers, laissant Tony Parker comme seul Français à ne pas avoir marqué le moindre point dans cette partie. Signe qu’elle n’était vraiment pas comme les autres.

Sur courant alternatif durant ce premier tour, les Bleus n’en sont pas moins en huitièmes de finale sans avoir concédé la moindre défaite, ni puisé dans leurs réserves. "Le contrat est rempli, on est premiers, assure Nicolas Batum. La manière n'est pas forcément celle espérée par tout le monde. Mais on s'en fiche un peu de ce qui s'est passé. Le vrai championnat d'Europe commence maintenant." Dans l’histoire de cette équipe, elle a toujours donné le meilleur lorsqu’elle était attendue au tournant. Elle le sait, elle n’aura pas le droit de se rater ce week-end, sous peine de vivre la plus grosse désillusion de la génération Parker. Une défaite et les espoirs de doublé s’éteindraient en même temps que ceux d’une participation aux JO de Rio, qui serait l’apothéose idéale pour cette équipe. Voilà pourquoi cette semaine montpelliéraine a ressemblé à une phase d’affûtage. Le jour J, c’est samedi.

Geoffrey Steines

Championnat d'Europe de Basket