Sandrine Gruda
Sandrine Gruda a été impériale dans la raquette ukrainienne | SEBASTIAN TATARU / AFP

Euro 2015 : Les Françaises corrigent l'Ukraine pour commencer

Publié le , modifié le

Après une première mi-temps bien timide, l'équipe de France a déroulé au retour des vestiaires face à l'Ukraine (79-55) lors de la première journée de l'Euro 2015. Les Bleues, favorites du tournoi, ont été portées ce jeudi par une Sandrine Gruda impériale (18 points, 15 rebonds), et prennent la tête du Groupe A.

L'équipe de France était en mode diesel jeudi, pour son entrée en lice dans l'Eurobasket 2015. Franchement brouillonne durant les vingt premières minutes (35-33 à la pause), incapable de contenir Alina Iagupova (15 points, 19 au total) les joueuses de Valérie Garnier ont retrouvé leur vrai niveau en deuxième période. "On n'était pas en place défensivement par manque de rythme. On a mis du temps pour s'adapter, on a été permissif. On a voulu défendre individuellement, alors qu'il fallait défendre en équipe", a critiqué Valérie Garnier, l'entraîneur tricolore.

55-21 au rebond! 

Si elles ont continué à faire preuve d'une étonnante maladresse sous le cercle au retour des vestiaires, elles ont été plus en réussite dans le périmètres (50% d'adresse, contre 28% pour l'Ukraine), ont serré la vis en défense et ont surtout écrasé leur adversaire au rebond (55-21!). Résultat : un 17-2 salvateur dans le 3e quart-temps, dynamique sur lesquelles les Bleues ont surfé jusqu'au buzzer final.

Sandrine Gruda a parfaitement tenu son rôle de patronne du groupe tricolore, compilant 18 points et 15 rebonds, idéalement soutenu à l'aile par Paoline Salagnac (15 points), . L'Ukraine, l'équipe présumée la plus faible du groupe A, a ainsi constitué une bonne mise en jambes pour l'équipe de France qui enchaîne samedi (17h00) face à la République Tchèque. Un adversaire bien meilleur sur le papier qui aura soif de revanche après avoir été corrigé par le Monténégro un peu plus tôt ce jeudi (52-71). 

Déclarations :
Sandrine Gruda (intérieure de l'équipe de France) : "C'est une équipe qu'il fallait prendre au sérieux. C'était important qu'on commence bien, que tout le monde trouve le rythme de la compétition. C'est ce que nous avons réussi à faire."
Paoline Salagnac (arrière de l'équipe de France) : "Ce n'est jamais facile de rentrer dans une compétition et on l'a vu ce soir. Dans un premier match, il y a toujours un peu de tension et on ne sait pas comment les arbitres vont siffler. C'est vrai que la première mi-temps a été très saccadée, avec beaucoup de lancers francs, donc ce n'était pas évident de trouver du rythme. Mais on a eu une belle réaction en début de seconde mi-temps, on a réussi à creuser l'écart. Ça montre que les matches ne se gagnent pas sur vingt minutes, mais sur quarante et c'est important qu'on épuise l'adversaire. Et à la fin, quand il y a un écart comme ça, c'est ce qu'il faut."

Championnat d'Europe de Basket