Les basketteuses françaises
Les basketteuses françaises au sommet | FRANK PERRY / AFP

Dernière ligne droite pour les Bleues

Publié le , modifié le

Invaincue depuis le début de "leur" Euro, l'équipe de France féminine aborde son premier match couperet jeudi en quarts de finale à Orchies. Les Bleues seront à nouveau largement favorites contre la Suède, l'adversaire le moins relevé du top 8 européen. Un seul objectif : prolonger la dynamique jusqu'à dimanche.

Face à leur destin. Qualifiées pour les quarts depuis le 19 juin dernier, les Françaises ont dû trouver le temps long. Très long jusqu'au rendez-vous avec le public d'Orchies. Tuer le temps, le match le plus difficile de cet Euro pour les filles de Pierre Vincent. "La coupure, on ne choisit pas", a commenté le sélectionneur français. "Couper c'est récupérer et j'ai des joueuses qui en ont diablement besoin. Couper, c'est avoir le temps de préparer l'adversaire. Mais c'est aussi attendre." Heureusement, Sandrine Gruda a eu la bonne idée de naître un 25 juin. Une bonne occasion de sortir d'un contexte basket. "Il se trouve qu'on a eu la bonne idée d'anticiper il y a 27 ans de ça la naissance d'une petite Sandrine. Parce qu'on est professionnel jusqu'au bout des ongles...", a plaisanté en conférence de presse Pierre Vincent.

Presque au top

Les bougies de l'intérieure soufflées, les Bleues ne craignent pas le retour de flamme. "L'équipe est prête", assure Isabelle Yacoubou. "Entre la première et la deuxième phase, on a réussi à s'améliorer dans la compréhension du jeu de nos adversaires, dans l'adaptation. Les corps commencent à être fatigués. L'avantage que l'on a, ce sont nos rotations. On n'est pas loin d'être au top. Il nous manque deux ou trois tirs extérieurs pour ça." La confiance accumulée depuis Londres sert de catalyseur aux Bleues. Seule équipe avec l'Espagne à avoir fait le carton plein en six matches, la France semble encore disposer d'une marge sur ses adversaires. Au terme du 1er et du 2e tour, l'écart moyen était de 22 points. Jusqu'à la finale, on ne leur en demande pas tant. Surtout qu'avec le début des matches couperets, une pression supplémentaire va se poser sur les épaules des joueuses.

Avec le coeur

"Le plus dur commence, confirme l'intérieure Endéné Miyem. Mais on est sur la bonne voie. Il ne faut pas s'en faire. Il faut y aller, jouer avec le coeur. Notre plus gros ennemi, c'est nous-mêmes." Ce ne devrait pas être la Suède qui a battu la Russie au premier tour (68-57) mais qui a tout de la victime potentielle. Pour leur première phase finale de Championnat d'Europe depuis 1987, les Suédoises manquent d'expérience et de poids dans la raquette, un secteur où la France est ultra-dominatrice. En cas de succès, les Bleues seront opposées au vainqueur de Turquie – Biélorussie en demi-finale avant un possible affrontement contre l'Espagne dimanche. Pas de souci, la France est taillée pour ça !

Championnat d'Europe de Basket