Vincent Collet
Le sélectionneur de l'équipe de France, Vincent Collet | AFP - MARK RALSTON

Collet hausse le ton face aux forfaits

Publié le , modifié le

Après les forfaits pour l'Euro-2013 de Noah, Séraphin, Mahinmi, Traoré, Vaty et hier Turiaf, Vincent Collet estime que la cohésion du groupe France est remise en cause: "Il y a une rupture dans le pacte de l'engagement envers ce maillot bleu", clame le sélectionneur de l'équipe de France dans L'Equipe. "Tout ça fragilise notre édifice".

En manque de solutions et déçus. Voilà ce qui ressort de l'interview de Vincent Collet accordé à L'Equipe au lendemain de l'annonce du forfait de Ronny Turiaf pour l'Euro. Comme Joakim Noah, Kevin séraphin, Ian Mahinmi, Ali Traoré, Ludovic Vaty et Rudy Gobert, l'intérieur français ne pourra pas participer au prochain Euro, en septembre. Comme certains d'entre eux, il a préféré, "pour des raisons personnelles" et afin de trouver un nouveau club NBA, s'éviter le rendez-vous avec l'équipe de France. Du coup, la raquette tricolore est sinistrée.

"Au lendemain des JO, cette génération, dont certains joueurs l'ont clamé haut et fort, avait de grandes ambitions pour l'avenir, et voulait les concréstier pendant cet Euro. Ce que je constate aujourd'hui, c'est qu'il y a une rupture dans le pacte de l'engagement envers ce maillot bleu. Même quand certains avancent de bonnes raisons, recevables, ça reste quand même leur choix", a déclaré Vincent Collet dans L'Equipe. D'habitude très pondéré, le sélectionneur en a assez de voir son effectif se réduire comme peau de chagrin. "C'est très simple, sur la liste des 8 joueurs prioirtaires au poste 5, (...) il y en a sept qui sont forfaits. le seul qui reste, c'est Alexis Ajinça", ajoute-t-il.

"Suffisamment échaudés" par le cas Noah

Lors des Jeux Olympiques, finis sur un revers rageant en quarts de finale contre l'Espagne, tout le monde avait pointé du doigt le jeu intérieur comme l'une des faiblesses de la France, en manque de taille  en l'absence de Joakim Noah face aux frères Gasol notamment. Et chacun, au premier rang desquels Tony Parker, savait que la raquette serait la clé pour remporter cet Euro-2013, objectif alors annoncé par le meneur des Spurs comme par d'autres joueurs (Nicolas Batum en tête). Mais avec cette cascade de forfaits, tout est remis en cause. "En ce qui concerne Joakim Noah, à force, on est suffisamment échaudés pour savoir que ce ne sera jamais simple", lance même Vincent Collet, pourtant très conciliant en général avec le joueur des Bulls.

"Il est important d'insister sur la détermination et l'engagement des autres qui se mettent en danger, qui mettent en danger leur réputation, et j'en fais partie. Tout ça fragilise notre édifice. Mais il faut avancer avec ceux qui font les efforts." Et de citer les finalistes de NBA, Tony Parker, Boris Diaw, Nando De Colo, et Nicolas Batum également. "Pour ceux-là, tu as envie de te battre". Mais se battre sans arme dans la raquette, c'est difficile. "A nous de faire le maximum, de mettre plus d'énergie." Et la possibilité d'appeler de jeunes joueurs, également dans l'optique de Rio-2016, n'est pas écartée. 

Championnat d'Europe de Basket