Demarcus Nelson (Asvel, à g.) face à Yacuba Ouattara (Monaco)
Demarcus Nelson (Asvel, à g.) face à Yacuba Ouattara (Monaco). | SYLVAIN THOMAS / AFP

Le grand soir pour l'Asvel et Monaco

Publié le , modifié le

Plus indécis que prévu : après avoir maîtrisé les deux premières manches de la finale du Championnat de France de basket, Villeurbanne a vu Monaco inverser la tendance et revenir à égalité. Une saison qui se disputera finalement sur quarante minutes mardi (20h45) à l'Astroballe.

C'est devenu une tradition pour le basket hexagonal : pour la quatrième saison consécutive, le titre de champion de France se disputera sur le match 5. En 2016, l'Asvel, qui avait été rachetée deux ans plus tôt par Tony Parker, avait été menée 2 à 0 avant de renverser la situation contre Strasbourg, pour s'imposer de trois petits points (80-77) en Alsace sur le match 5, l'un des souvenirs les plus douloureux du côté du Rhénus, où les supporters strasbourgeois ont connu cinq revers de rang en finale.

Monaco a tout relancé

Cette année, les joueurs de Zvezdan Mitrovic ont rapidement pris les commandes en remportant leurs deux rencontres (81-71 puis 73-67) à l'Astroballe, pour se retrouver à une victoire d'un 19e sacre national, et asseoir encore un peu plus la domination villeurbannaise sur le basket français.

Mais en Principauté, sous l'impulsion de Dee Bost et Paul Lacombe, la Roca Team a réussi à inverser la tendance et insinuer le doute dans l'esprit des coéquipiers de Charles Kahudi. Plus constants défensivement sur les matches 3 (97-62) et 4 (89-81) à domicile, les joueurs de Sasa Obradovic sont, comme l'an passé, à une victoire d'un premier titre de champion de France.

Pour l'Asvel, une histoire de doublés

"Ils ont l'avantage du terrain. Ils se sont battus toute l'année pour l'avoir. Ils ont très peu perdu cette année chez eux. Pour l'instant, on n'a jamais réussi à les battre chez eux", soulignait Paul Lacombe après le match 4.

Vainqueur de la Coupe de France contre Le Mans en mai, les Villeurbannais peuvent réaliser le deuxième doublé Coupe/Championnat de l'histoire du club, 62 ans après le premier en 1957.

Premier budget d'Elite (le seul au-dessus de 9 millions d'euros), l'Asvel aura la pression du favori, alors que le club fera son entrée dans la cour des grands au niveau européen dans quatre mois, invité pour les deux prochaines saisons en Euroligue.

L'Asvel est également en course pour un rare doublé champion de France chez les messieurs et les dames. La section féminine Lyon-Asvel, dont le président est également Tony Parker, a remporté son premier titre national le 23 mai. Le dernier club à avoir réalisé pareille performance, c'était le Paris Université Club, en 1963. Il y a 56 ans.

AFP

Championnat de France de basket - Jeep Elite