Blake Schilb (Chalon)
Blake Schilb va retrouver la Pro A au Paris-Levallois | PHILIPPE MERLE / AFP

Chalon n'a plus le choix

Publié le , modifié le

Avec une seule victoire au compteur au terme d'une phase aller décevante, Chalon doit très vite se ressaisir s'il veut accéder au top 16 de l'Euroligue. Cela commence jeudi avec un déplacement décisif sur le parquet des polonais de Gdynia. Face à l'équipe la plus faible du groupe B, l'Elan s'était déjà imposé 81-74 à l'aller. Il lui reste à retrouver l'esprit conquérant qui l'a porté au titre de champion de France la saison dernière. Mais que ça semble loin...

Le hic est que personne ne reconnaît l'Elan qui écrasait tout sur son passage. "Ça fait trop longtemps que ça dure. Je ne reconnais pas mon équipe, déplore le coach Gregor Beugnot. Je ne cautionne pas ce que j’ai vu sur le terrain et je mets tout le monde dans le même sac. L’an dernier, on a joué 63 matches sans jamais évoquer la fatigue. Il va falloir remettre les choses à plat car on commence à être ridicule. J’en ai marre de protéger. Il y a des limites à tout. Je vais être honnête, ce sont les joueurs qui ont les clés désormais." Il faut croire qu'ils les cherchent encore si on se fie à la prestation des Chalonnais à Boulazac lundi (77-69). Pour le président Dominique Juillot aussi la clé est avant tout dans le vestiaire. "Je tiens à préciser qu’il faut rester calme. Mais je suis inquiet et pas vraiment surpris, avoue-t-il. Et si nous n’avons pas changé, certains ont changé, peut-être sans s’en apercevoir, en décrétant eux-mêmes qu’ils étaient des stars.

Schilb et Rush dans le collimateur

Pour le président Dominique Juillot, c'est d'abord "l'attitude inqualifiable de certains" qui plombe l'équipe. Sur France3 Bourgogne, le patron a d'ores et déjà prévenu qu'il allait "encore observer" son équipe en Pologne et face à Cholet dimanche en ProA avant de "tirer les conséquences". "J’ai toujours pour habitude de montrer du doigt ceux qui sont censés être les leaders, sachant que je n’enlève pas grand monde dans cette médiocrité. C’est difficile d’en vouloir aujourd’hui à Tchicamboud qui tient l’équipe à bout de bras et qui est trop exposé. À un degré moindre, Lauvergne monte en puissance… Par contre Schilb n’est que l’ombre de lui-même. Rush ne travaille pas assez. Et Williams a beaucoup de mal. On a des joueurs moyens, qui ne sont pas assez forts individuellement." Schilb et Rush sont prévenus. Sans changement radical, tout le monde ira dans le mur.

A quand le réveil ?

Puisque l'Euroligue semble motiver les cadres de l'équipe, il serait bien de réagir jeudi contre Gdynia. Rare satisfaction de l'équipe, Steed Tchicamboud tire le signal d'alarme. "Il y en a dans l'équipe, il faut qu'ils se réveillent. Ça ne va pas aller cette saison si on continue comme ça", a-t-il fulminé lundi. Sur le plan comptable, les quatre défaites concédées, parfois alors que Chalon avait le match en main, pèsent très lourd. Fort heureusement, Berlin et Sienne ne sont qu'à une victoire devant. Rien n'est perdu mais le droit à l'erreur n'existe plus. Beugnot a prévenu ses joueurs. "Sinon, soupire-t-il, on va droit dans le mur et on verra le Top 16 à la télé." Et peut-être pas que le Top 16.

Le programme de la 6e journée

Jeudi 15 novembre
Groupe A:
(16h30) Khimki Moscou (RUS) - Fenerbahçe Istanbul (TUR)
(20h00) Ljubljana (SLO) - Cantu (ITA)
(20h45) Panathinaïkos aTH7NES (GRE) - Real Madrid (ESP)
Groupe B:
(19h45) Gdynia (POL) - Chalon-sur-Saône (FRA)
(20h05) Maccabi Tel-Aviv (ISR) - Malaga (ESP)
(20h45) Alba Berlin (GER) - Sienne (ITA)
Groupe C:
(20h30) Zagreb (CRO) - Kaunas (LTU)
Groupe D:
(18h30) Vilnius (LTU) - CSKA Moscou (RUS)
(19h00) Bamberg (GER) - FC Barcelone (ESP)
(20h45) Partizan Belgrade (SRB) - Besiktas Istanbul (TUR)

Vendredi 16 novembre
Groupe C:
(19h45) Efes Istanbul (TUR) - Milan (ITA)
(20h30) Vitoria (ESP) - Olympiakos Le Pirée (GRE)