Bourges-Fenerbahçe
L'Américaine de Fenerbahçe Angel Mac Caughtry face à la Berruyère Diandra Tchatchouang | Pavel Lisitsyn

Bourges trop court face à Fenerbahçe

Publié le , modifié le

Bourges s'est incliné (59-50) face à Fenerbahçe en demi-finale de l'Euroligue dames vendredi à Ekaterinbourg. Malgré une belle résistance collective, les Berruyères ont subi la puissance de feu d'une formation de haut niveau, qui a imposé son physique et son talent. La finale européenne sera 100% turc puisque plus tôt dans la soirée, autre club stambouliote, a réussi l'exploit de sortir (77-70) les grandes favorites russes d'Ekaterinbourg.

Les miracles ne se reproduisent pas souvent. Après avoir accroché une place en demi-finale inattendue avec une seule victoire à la clé, les filles de Bourges ont pourtant bien failli aller encore un peu plus loin dans la compétition. En effet, il s'en est fallu de pas grand chose pour le groupe de Valérie Garnier, grâce à son organisation et sa force mentale, vienne à bout de la constellation de stars réunies sous le maillot de Fenerbahçe.

Bourges en panne d'adresse

Et le fait est que les Berruyères ont longtemps tenu la dragée haute à leur adversaire, seul équipe encore invaincue dans cette compétition, mais ont cédé dans le "money  time" par manque d'adresse. De façon générale d'ailleurs, si elles se sont montrées parfaites dans leur volonté défensive, et si elles se sont appliquées à parfaitement exécuter les systèmes mis en place, elles ont beaucoup trop péché dans la finition (26% de réussite dont 2/13 à 3 points). Insuffisants pour faire illusion. Trop de points laissés en route, trop de ballons perdus, et beaucoup trop d'efforts à fournir pour rester malgré tout dans le match ont fini par user une équipe de Bourges qui pourra nourrir bien des regrets.

En face, les Turques ont longtemps été très fébriles, pas aussi performantes qu'elles l'espéraient, mais elles sont toujours restées dans le tempo avec l'avantage du score (26-24 à la pause, 39-38 à la fin du troisième quart-temps) grâce surtout à Angel McCoughtry. L'Américaine a porté Fenerbahçe à elle toute seule (22 points et 10 rebonds) et justifié les lourds investissements d'un club turc qui a pour ambition de dominer l'Europe.

Finale 100% turque

Pour gagner le trophée dimanche, le "Fener" devra marcher sur l'autre équipe turque de Galatasaray qui a éteint d'un seul coup tout l'espoir d'Ekaterinbourg grâce à un exploit sur lequel peu aurait parié, tant les Russes avaient survolé les débats depuis les débuts de ce Finale Eight. Les joueuses de Galatasaray ont pris un départ canon, remportant haut la  main la première mi-temps (50-29) grâce à l'énergie de l'Espagnole Alba Torrens  (29 pts) et de l'Américaine Shavonte Zellous (19 pts, 8 rbds).

Ekaterinbourg s'est ensuite réveillé, néanmoins un peu trop tard malgré les  efforts de l'Américaine Diana Taurasi (21 pts) et de la Française Sandrine  Gruda (13 pts, 8 rbds).

Christian Grégoire