Bourges Dumerc
Céline Dumerc et les filles de Bourges | JEAN PAUL THOMAS / DPPI Media

Bourges en avait treize envie

Publié le , modifié le

En s’adjugeant une belle cadenassée dans leur Prado, mardi soir, face à Villeneuve-d’Ascq (51-49), les Berruyères ont décroché leur 13e titre de championnes de France depuis 1995. Les Tango, emmenées par le duo Miyem-Dumerc, récupèrent la couronne abandonnée à Lattes Montpellier la saison passée. Mais surtout, elles rentrent dans l’histoire du basket français en égalant le record absolu du mythique Clermont Université Club, sacré de 1968 à 1981.

Elles le voulaient tellement, ce titre. Pas seulement parce qu’elles voulaient reconquérir le titre abandonné à Lattes Montpellier. Non. Surtout parce qu’en régnant à nouveau sur la Ligue féminine, les Berruyères viennent d’écrire une page de l’histoire du basket français. Mardi soir, elles sont devenues championnes de France pour la 13e fois depuis 1995.

Treize titres, on n’avait plus ça depuis une éternité. Depuis plus de trois décennies, en l’occurrence. Seul le mythique Clermont Université Club, couronné de 1968 à 1981, avait réussit une telle performance. Leur 13e sacre, les Tango ont souffert pour l’empocher. Elles ont eu besoin d’un match d’appui, fermé à double tour, et remporté in extremis face à Villeneuve-d’Ascq (51-49).

Valeureuses Nordistes

Malgré cette défaite, les Nordistes ont réussi une superbe saison, en éliminant en demi-finale Montpellier et en remportant l'Eurocoupe, fin mars. Victorieuses du match aller (61-51), elles n'ont jamais abdiqué. Même quand elles ont été menées de 14 points en seconde période. Elles sont revenues au courage, et ont eu le tir de la gagne, raté par Virginie Brémont.

Signe d'une certaine retenue des deux équipes, il a fallu attendre 2’30 pour que les premiers points de la partie soient inscrits, par Villeneuve-d'Ascq. Bourges a mis une minute supplémentaire pour débloquer son compteur. Mais, dans un premier quart-temps tendu et défensif, personne n'est parvenu à se détacher (13-13, 10e). Solides en défense, les Nordistes ont notamment empêché Céline Dumerc (11 points, 2 rebonds, 1 seule passe décisive) de développer son jeu. Bourges a aussi vu Héléna Ciak être rapidement sanctionnée de trois fautes (18e).

Wauters et Miyem quittent la France la tête haute

C'est paradoxalement à ce moment-là que les Berruyères, qui s'étaient jusque-là appuyées sur une Diandra Tchatchouang adroite à trois points (9 points, 2 rebonds, 3 passes), ont creusé le premier écart significatif du match. En l'espace de trois minutes, elles ont infligé un 10-0 à leur adversaire, avec notamment un panier primé de Johannah Leedham, pour pointer en tête à la  pause (32-25).

Villeneuve-d'Ascq a d'abord donné l'impression de ne jamais pouvoir se remettre de ce passage à vide. Manquant d'agressivité, les Nordistes sont ensuite restées sept minutes sans inscrire le moindre panier. Elles s'en sont remises à l'indispensable Ann Wauters (17 pts, 8 rds), qui jouera en Australie la saison prochaine, pour mettre fin à cette longue panne.

Endéné Miyem, qui partira, elle, à Koursk (Russie), avait cependant eu le temps de créer un véritable break (40-26, 26e). Mais les joueuses de Frédéric Dusart ont du caractère. Elles ont terminé ce  quart-temps tambour battant, pour revenir à -6 après un tir primé de Johanne Gomis (38-44, 30e).

La nervosité a été flagrante des deux côtés dans les dernières minutes.  Bourges a pu compter sur Ciak (8 pts), mais Villeneuve-d'Ascq s'est accroché  jusqu'au bout, avec Megan Mahoney (12 pts, 4 rds). A la toute dernière seconde, Brémont a tenté un tir à trois points  désespéré. Mais la meneuse nordiste a dû précipiter son geste et Bourges a pu fêter son 13e titre.

Gil Baudu @gbaudu