Parker Diaw équipe de France banc 2011
Tony Parker et Boris Diaw attentifs lors de la préparation de l'Euro | AFP - Guillaume Bonnaud

Boris Diaw: "Objectif JO"

Publié le , modifié le

Boris Diaw, le capitaine de l'équipe de France, qui dispute deux matches amicaux face à la Bosnie vendredi à Gravelines et à la Belgique samedi à Liévin, a tracé jeudi devant la presse le portrait d'un "groupe qui vit bien", à six jours du début de l'Eurobasket, qualificatif pour les Jeux Olympiques de Londres en 2012. "C'est certain que c'est un des grands objectifs de ma carrière. Il y a beaucoup de joueurs dans l'équipe qui ont conscience de ça".

Q: Etes-vous satisfaits de ce début de préparation, malgré toutes les blessures qui ont accablé le groupe?
R: "Oui, on est content d'être où on en est aujourd'hui. Les blessures ne nous ont pas vraiment perturbé. Il y a toujours des moments difficiles dans un Championnat d'Europe, donc il faut pouvoir s'adapter. Il faut pouvoir surpasser les difficultés. C'est vrai qu'on en a eues. Il y a eu des pépins physiques. C'est difficile à gérer. Mais même humainement, je trouve que ça s'est très bien passé. On a su s'adapter."

Q: Comment estimez-vous les chances de la France de bien figurer dans cet Euro?
R: "On ne va pas cacher qu'on a un coup à jouer, qu'on a du potentiel. Maintenant ça va être difficile, il va y avoir des matches durs. C'est la constance qui va primer. Il faudra ne pas se relâcher quand on arrivera sur les matches couperets. On n'est pas la seule équipe européenne à avoir de grandes ambitions. On joue bien. On a une équipe qui est homogène. Sur tous les postes, on a de bons remplaçants. On a confiance en chaque joueur. On a un groupe qui vit bien sur le terrain et en dehors."

Q: Que représenterait pour vous une participation aux JO?
R: "Par rapport à tout ce que j'ai vécu, les JO c'est ce que je n'ai jamais fait encore. C'est certain que c'est un des grands objectifs de ma carrière. Il y a beaucoup de joueurs dans l'équipe qui ont conscience de ça. Tout le monde a su se regarder dans le miroir, pour savoir quel travail fournir individuellement afin que collectivement on soit forts. On met toutes les chances de notre côté. On veut pouvoir dire qu'on aura tout fait pour que ça marche. C'est ça le principal, ne pas avoir de regrets à la fin d'une compétition."

AFP