Endy Miyem

Basket Dames / Préparation du mondial : Les Bleues sans souci contre l'Italie

Publié le , modifié le

L'équipe de France féminine de basket-ball a poursuivi avec succès sa préparation pour le Mondial-2018 à Tenerife (22-30 septembre) en battant une nouvelle fois l'Italie (74-53), mardi soir, à Anglet (Pyrénées-Atlantiques).

Faciles la veille face à ces mêmes Transalpines (74-43), les joueuses de la coach Valérie Garnier ont récidivé, sans jamais réellement trembler face à une équipe qui n'appartient plus au gotha européen. Ces deux rencontres ponctuaient onze jours de stage sur la côte basque, axés sur la technique et la stratégie collective, après un rassemblement de cohésion début août en Ariège. Elles ont permis au staff tricolore de peaufiner ses rotations et d'emmagasiner de la confiance à un mois du rendez-vous ibérique.

Les bleues dominatrices dans tous les domaines 

Sous les yeux de leur capitaine attitrée Endy Miyem, tout juste rentrée de WNBA, les Bleues ont pris les commandes d'entrée. Portées par la fougue de la jeunesse avec l'arrière Marine Johannes (21 pts, dont 19 en première période et 4/5 à 3 pts) et l'expérience de l'intérieure Sandrine Gruda (19 pts, 11 rebonds), elles étaient déjà en tête à la fin du premier quart-temps (25-19) avant d'accentuer leur avantage pour virer avec 17 longueurs de marge à la pause (42-25).  Plus athlétiques et aussi plus efficaces au shoot, elles affichaient dès la moitié de la partie un taux de réussite bien supérieur à celui des Italiennes (48 % contre 26 %).

Le Tournoi international de Paris pour conclure

Les Françaises ont connu par la suite un moment de flottement dans le 3e quart temps, perdu 11-12 en raison de leur maladresse (53-37) avant de rectifier le tir dans le dernier (21-16), Alexia Chartereau clôturant le score sur le buzzer (74-53). L'équipe de France poursuivra sa préparation par le tournoi international de Paris (7-9 septembre) où elle affrontera la Lettonie (7 septembre) et l'Australie (8 septembre), deux nations qualifiées pour la Coupe du monde. 
 

Névil Gagnepain