Euroligue Barcelone Ljubjana Navarro 012011
Juan Carlos Navarro intenable en Euroligue | AFP - Hrvoje polan

Barcelone et le Real toujours dans le rythme

Publié le , modifié le

Barcelone et le Real Madrid ont préservé leur invincibilité dans le Top 16 d'Euroligue, en battant respectivement Rome et l'Efes Istanbul lors d'une troisième journée marquée par la défaite du Panathinaïkos à Vitoria.

Dans sa salle, Barcelone a peu à peu accru son avance sur les Italiens, pour finalement s'imposer 80-56 et conserver seul la tête du groupe F. Les tenants du titre ont surtout capitalisé sur la maladresse des Romains, auteurs d'un triste 3/18 à trois points et 5/12 aux lancers francs. Ricky Rubio a encore été transparent chez les Catalans (0 pt, 5 rb, 5 passes en 21 minutes). Le Français Ali Traoré a été le meilleur marqueur de son équipe (17 pts, 6/6 à 2 pts) mais n'a pas pu empêcher la troisième défaite des romains, quasiment éliminés.

Dans le même groupe, le Maccabi Tel-Aviv a écrasé Ljubljana 104-67, après avoir fait du petit bois de Rome (99-58) la semaine dernière. Lior Eliyahu (20 pts, 10/10 à 2 pts) a fait le spectacle et, grâce à cette différence particulière favorable, les Israéliens peuvent aborder en confiance la phase retour.

Dans le groupe G, le Real Madrid a dû recourir à la prolongation pour venir à bout de l'Efes (89-86 a.p), qui concède ainsi sa première défaite. D'or Fischer, omniprésent (15 pts, 12 rb), a permis aux Madrilènes de rester au contact et de se détacher en toute fin de match. Sienne a conservé une mince chance de qualification en s'imposant au Partizan Belgrade (66-58). Les Serbes, sevrés de victoire, devront faire des miracles pour accéder aux quarts.

Enfin, dans le groupe H, le Panathinaïkos a encaissé sa première défaite, sur le parquet de Vitoria (77-70). Dans une partie très disputée, les Espagnols ont fait le break en fin de troisième quart-temps pour mener 59-49, avec notamment trois paniers primés coup sur coup de Pau Ribas. Malaga s'est de son côté adjugé un premier succès, face à Vilnius (98-91) et les positions se sont ainsi resserrées au classement.

Gilles Gaillard