Gobert Fournier

Amical : Des Bleus poussifs l'emportent face au Brésil

Publié le , modifié le

Après le Monténégro, le Brésil. Les Bleus de Vincent Collet ont enchaîné une deuxième victoire en deux jours lors du tournoi de préparation à la Coupe du monde de Villeurbanne, dominant une équipe brésilienne accrocheuse (86-72). Mais tout n'est pas bon à prendre : les Français ont une nouvelle fois été plus que poussifs en première période, avant de hausser leur niveau de jeu en fin de match.

Les matches s'enchaînent et se ressemblent pour les Bleus. Ce vendredi soir au lendemain de leur victoire sur le Montégro, les joueurs de Vincent Collet ont dominé une belle équipe brésilienne (86-72) lors de leur deuxième match de tournoi de préparation à la Coupe du monde, sur le parquet de l'Astroballe de Villeurbanne. Si l'ensemble est concluant, les tricolores ont une nouvelle fois eu un mal fou à entrer dans la partie, alors qu'ils avaient de quoi prendre le Brésil à la gorge d'entrée de jeu. 

Un début de match poussif...

Préféré à Frank Ntilikina au poste de meneur titulaire, Andrew Albicy a paru surmotivé dès l'entre-deux, délivrant une magnifique passe décisive à Rudy Gobert, avant de marquer à mi-distance pour mettre les Bleus dans les meilleures conditions. Mais ce 4-0 d'entrée n'a pas empêché les joueurs de Vincent Collet de s'enliser dans des attaques stéréotypées, avec très peu de mouvements sans ballons et s'acharnant à rechercher le joueur libre dans un des corners, malgré un pourcentage aux tirs accablant. Seul Evan Fournier semblait être en mesure de marquer, via des actions individuelles. Au contraire des Brésiliens, dont le collectif suintait la confiance au lendemain de leur victoire de haute volée face à l'Argentine, terminant le premier quart-temps avec neuf points d'avance (14-23).

Bis repetita dans le deuxième acte, malgré un sursaut d'orgueil engendré par l'activité d'Axel Toupane des deux côtés du terrain et de l'adresse extérieure de Louis Labeyrie (22-23). Mais, cassant le rythme par des fautes, les Brésiliens ont su faire parler leur expérience, et notamment celle de Leandro Barbosa, ancien joueur des Phoenix Suns, qui enchaînait les paniers à trois points pour permettre à son équipe de reprendre le large au moment de retourner aux vestiaires (28-43).

Avant l'habituelle montée en puissance

Comme il en est désormais coutume, les Bleus sont montés de plusieurs cran en deuxième mi-temps, sous l'impulsion de Nando De Colo, mué en chef d'orchestre (10 passes décisives, son record en Bleu). "On a fait un match plutôt solide, en attaque c'était mieux qu'hier, on a fait bouger le ballon. En deuxième mi-temps, on est monté en intensité défensivement", s'est réjoui l'arrière des Bleus au micro de RMC Sport après la rencontre. Amatch M'Baye a été décisif dans le troisième quart-temps, inscrivant trois paniers primés sur la période, pour permettre aux Bleus de reprendre les commandes du match tout en marquant quelques points dans la tête de Vincent Collet à deux semaines du début de la Coupe du monde (du 31 août au 15 septembre). 

Les champions d'Europe 2013 ont ensuite déroulé, étouffant leurs adversaires en défense afin de provoquer des tirs difficiles et des pertes de balles des Brésiliens pour aller marquer sur jeu rapide. Après un 48-29 pour conclure la rencontre, cinq tricolores ont terminé avec dix points ou plus au compteur : Vincent Poirier (16 pts), Rudy Gobert (14 pts), Evan Fournier (13 pts), Amath N'Baye (11 pts) et Nando De Colo (10 pts).

Une victoire qui comptera dans le mental des Bleus au moment de prendre l'avion pour la Chine. Mais avant cela, reste à réaliser la passe de trois face à l'Argentine, ce samedi soir.