Les Kansas City Royals
Le bonheur des joueurs de Kansas City, vainqueurs des World Series 2015 | AFP - GETTY IMAGES

Les Kansas City Royals remportent enfin les World Series

Publié le , modifié le

Après trente années d'attente, les Kansas City Royals ont décroché le titre suprême du baseball en remportant les World Series devant les New York Mets. Les Royals se sont imposés quatre victoires à une et ont décroché la quatrième victoire décisive au terme d'un match N.5 qui semblait pourtant leur avoir échappé. Ils étaient menés 2 à 0 avant le 9e et dernier inning, mais ils ont réussi à arracher la prolongation.

Les Royals, battus à ce stade de la compétition par les San Francisco  Giants en 2014, ont complètement renversé ce match N.5 en leur faveur au grand  désarroi des supporteurs des Mets. Dans le 12e inning, ou manche, ils ont submergé leurs adversaires, soudain  fébriles, multipliant les erreurs de réception et dépassés par les événements. Résultat, les Mets ont concédé cinq points et n'ont pas réussi à se  relever, ou même à réagir, au moment de passer à la batte.

La défaite crève-coeur --quatre victoires à trois-- contre les San  Francisco Giants a été le fil rouge et l'aiguillon de la longue saison de  Kansas City qui a dominé l'American League (95 victoires, 57 défaites). "Le but était de finir cette saison sur une victoire, c'était le mot  d'ordre dès notre retour à l'entraînement", a souligné Eric Hosmer. "Ils m'avaient promis dès le printemps qu'ils allaient effacer le mauvais  souvenir de 2014, mission accomplie", a relevé le président et propriétaire des  Royals, David Glass.

Alors que les Giants n'ont même pas atteint les play-offs, les Royals, eux,  ont tour à tour éliminé les Houston Astros (3-2) et les Toronto Blue Jays (4-2). "Cette équipe est unique: elle a montré qu'elle avait du coeur et des  ressources mentales", a insisté son entraîneur Ned Yost. Les Royals, menés dans les matches N.4 et N.5 à une manche de la fin du  temps réglementaire, ont ainsi réussi à retourner la situation en leur faveur. Les Mets, malgré la fièvre bleue et orange qui s'était emparée de New York,  ont raté, eux, l'occasion d'ajouter un troisième titre à leur palmarès (1969,  1986). Ils restent dans l'ombre de leurs rivaux honnis, les New York Yankees,  équipe la plus titrée de l'histoire de la Ligue majeure de baseball qui a  offert à New York son dernier titre, en 2009.

AFP