Ça s'est passé un 16 avril 1929 : La naissance des numéros de maillot dans la ligue de baseball américaine

Publié le , modifié le

Auteur·e : Paul Giffard
Baseball

Retrouvez l’offre
france tv sport sur

Les Indians de Cleveland et les Yankees de New York devaient ouvrir la saison 1929 de baseball avec des numéros uniformes au dos de leur maillot. Une première ! Mais en ce 16 avril la pluie fait annuler le match au Yankee Stadium. Clin d’œil du destin, les Indians deviennent ainsi les premiers à jouer avec ce style d'uniforme numéroté...

Non seulement Cleveland a été le premier club de grande ligue à porter des numéros sur ses uniformes, mais également le premier à porter des numéros au dos de ses maillots. Cette innovation a souvent été créditée comme originaire des Yankees de New York en 1929, car les champions du monde en titre devaient ouvrir la saison en portant des uniformes avec le nouveau style de numérotation. Cependant, la pluie a annulé le match d'ouverture des Yankees le 16 avril, tandis que les "Indiens" ont eu la chance d'avoir un ciel dégagé le même jour. 

Inspirés par l'utilisation des numéros d'uniformes par le hockey et le football, les Indians expérimentent les premiers les uniformes numérotés sur le terrain du League Park de Cleveland, le 26 juin 1916, en portant de grands chiffres sur leurs manches gauches. L'expérience n'a duré que quelques semaines cette saison et, après un bref essai l'année suivante, a été complètement abandonnée. 

Joueurs des Indians de Cleveland portant des uniformes avec des chiffres sur leurs manches gauches en 1916.
Joueurs des Indians de Cleveland portant des uniformes avec des chiffres sur leurs manches gauches en 1916.

En 1923, c’est au tour des Cardinals de Saint Louis d’adopter le numéro d’uniforme sur leur manche. Cependant les joueurs de la franchise ont été fortement critiqués depuis les tribunes, surtout par les joueurs adverses, de sorte que les numéros ont été retirés.

Des joueurs comparés à des détenus

Bien que les équipes aient expérimenté les nombres dans le passé, cela s'est avéré impopulaire, avec une plainte commune étant que les joueurs ressemblaient ainsi à des détenus. Impensable alors de comparer des athlètes, pratiquant un sport professionnel, depuis plus d'un demi siècle, à des prisonniers. Il faudra attendre près de six ans avant de revoir une franchise avec des numéros sur un équipement. Et c'est grâce à l’influence des Yankees de New-York, déjà titrés à trois reprises en cinq saisons, que cette tradition sportive est née. 

Une nouvelle tradition est née 

Au départ, les flocages n'étaient pas attribués au hasard. Les Yankees de New York de 1929 ont distribué des numéros uniformes basés sur la position d'un joueur dans l'ordre des frappeurs ; c'est pourquoi Babe Ruth et Lou Gehrig portaient leurs fameux numéros 3 et 4. Ils ont frappé respectivement troisième et quatrième cette saison. Les numéros 1 à 8 ont été donnés aux partants réguliers en fonction de leur position sur le terrain, les numéros 9 et 10 étant décernés aux deux Yankees receveurs de secours tandis que les lanceurs et les défenseurs de secours ont reçu des numéros plus élevés. 

À présent, les joueurs choisissent leurs numéros pour une multitude de raisons, mais avec un objectif précis : marquer l’histoire de son équipe. Le numéro d'un athlète permet de l'identifier et dans les sports collectifs américains, il y a une autre tradition. Le retrait d'un numéro est devenu l'honneur ultime qu'une franchise puisse accorder. Lou Gehrig, peu de temps après s'être retiré en raison de la SLA (maladie de Charcot), est devenu le premier athlète professionnel à recevoir cet hommage et a été le seul N.4 à jouer avec les Yankees de New York. C'était le 4 juillet 1939. Et depuis les franchises sont devenues très cérémonielles comme le 11 novembre dernier avec le retrait du maillot du N°9 des Spurs de San Antonio : le français Tony Parker

à voir aussi NBA : Tony Parker au panthéon des San Antonio Spurs NBA : Tony Parker au panthéon des San Antonio Spurs
Paul Giffard paul_gfrd