Romain Bardet
Le coureur d'AG2R-La Mondiale Romain Bardet | DR

Bardet et Geniez dans la peau de néophytes

Publié le , modifié le

Au départ à Porto-Vecchio, ils sont dix coureurs français sur quarante-deux alignés à participer pour la première fois à un Tour de France. Une course qui figure dans une "autre dimension" pour ces jeunes coureurs. Témoignages avec Romain Bardet (AG2R) et Alexandre Geniez (FDJ.fr).

A 22 ans, Romain Bardet est un des grands espoirs du cyclisme tricolore. Puncheur, grimpeur, le natif de Brioude est à l’aise sur tous les terrains. Souvent placé depuis ses débuts professionnels en 2012, il s’apprête cette fois à passer un nouveau cap en disputant pour la première fois une course de trois semaines.Une épreuve vraiment pas comme les autres.

Bardet : "Ne pas se laisser griser"

"Au niveau de l’attente médiatique, de la foule, on sent tout de suite que c’est une course à part. C’est quelque chose qui vous donnent la chair de poule quand on est passionné de cyclisme. On sent que les gens vibrent vélo", explique-t-il le sourire aux lèvres. "Par rapport aux autres courses. J’ai effectivement une petite appréhension. Ce sont les mêmes coureurs, mais là il faut gérer l’engouement que l’on n’a pas l’habitude d’avoir le reste de l’année", précise le protégé de Vincent Lavenu.

S’il fait partie d’un groupe expérimenté au sein de l’équipe AG2R et qu’il compte bien s’appuyer sur "certaines roues" de son équipe, il sait qu’il ne doit pas non plus se laisser griser par l’événement. Le jeune homme doit se concentrer sur le sportif et ne pas être spectateur du Tour. "Ce que je crains c’est l’enchaînement des étapes difficiles, le fait de ne jamais relâcher la pression pendant 21 étapes. C’est une fatigue plutôt nerveuse qui risque de peser".

Une appréhension qui n’occulte pas pour lui son rôle sur ce Tour 2013. "J’espère être avant tout un bon appui pour mon leader Jean-Christophe Péraud dans la montagne et dans un second temps pourquoi pas ne pas prendre des échappées pour une victoire d’étape", espère le coureur formé au Vélo Sport Brivadois. "Ce qui me plait dans le vélo c’est d’être acteur des courses et faire la course à l’avant. C’est certain que je vais être opportuniste", conclut-il.

Geniez : "Le Tour, c’est tout autre chose"

De son côté, Alexandre Geniez est également un autre grand espoir du peloton. Membre de l’équipe de la FDJ.fr, il vient de terminer il y a quelques semaines 12e et premier français du Critérium du Dauphiné. Ayant un peu plus d’expérience que Romain Bardet, le coureur de Rodez est tout de même impressionné d’aborder ce 100e Tour de France.

"C’est à la présentation des coureurs que l’on prend conscience que c’est le Tour de France, c’est une fête énorme", réalise-t-il. "C’est une autre dimension. Par conséquent, c’est un petit stress supplémentaire qui apparaît. J’ai déjà fait la Vuelta, mais là c’est tout autre chose. Cela n’a rien à voir", explique l’ancien coureur de la formation Argos-Shimano.

Mais tout comme Romain Bardet, il n’oublie pas non plus ses prérogatives : "Mon premier objectif sera d’épauler au maximum mon leader Thibaut Pinot notamment en montagne. Ce sera déjà une sacrée tâche. Le maillot blanc est à sa portée et il peut faire également une super place au général. Après on verra … ".

Gilles Gaillard