Casey Stoner (Honda)
Casey Stoner (Honda) à Doha au Qatar | KARIM JAAFAR / AFP

Vers un mano à mano Stoner – Lorenzo

Publié le , modifié le

Un duel, un vrai ! Le MotoGP en a cruellement besoin alors que Casey Stoner a écrasé la saison 2011 (10 victoires et 12 pole-positions) et que les grilles souffraient de courants d'air. Si l'Australien a dominé les essais hivernaux avec sa Honda, les progrès de Yamaha ont ouvert la porte à un retour de Jorge Lorenzo. Et avec l'arrivée des CRT, on devrait avoir au moins quinze motos à l'arrivée. La saison démarre ce week-end à Doha pur le GP nocturne du Qatar.

Une course à trois ou quatre vitesses

Stoner et Lorenzo dans un mouchoir
Casey Stoner (Honda) a réalisé le meilleur temps de la première séance d'essais libres du Grand Prix du Qatar en catégorie MotoGP, devançant de 174/1000e l'Espagnol Jorge Lorenzo (Yamaha) et de près d'une demi-seconde l'Américain Nicky Hayden (Ducati). L'Américain Ben Spies, pilote officiel Yamaha, est 4e à 508/1000e de seconde etl'Espagnol Dani Pedrosa 5e sur la deuxième Honda officielle, à 656/1000e. Dernier pilote classé à moins d'une seconde de Stoner, le Britannique Cal Crutchlow, au guidon de sa Yamaha de l'écurie française Tech3, a réalisé le 6e temps devant l'Espagnol Alvaro Baustista (Honda) et l'Italien Andrea Dovizioso, également chez Tech3. Valentino Rossi (Ducati), triple vainqueur de l'épreuve, n'a réalisé que le 10e temps, à 1 seconde et 144/1000e. La première moto CRT est celle du Français Randy de Puniet, 13e sur son Aprilia, à 3 secondes et 511/1000e. En Moto2 , le Suisse Thomas Luthi (Suter), 5e du championnat du monde l'an dernier, mène devant les Espagnols Esteve Rabat et Pol Espargaro, sur Kalex de l'écurie Pons. Leur compatriote Marc Marquez (Suter), champion du monde 125 cc en 2010, est 5e à 784/1000e de Luthi. Enfin, les premiers tours de roues en Moto3 ont permis à l'Espagnol Maverick Vinales de se mettre en valeur, précédant le Français Louis Rossi de 218/1000e, l'Espagnol Luis Salom (KTM) prenant la 3e place derrière les deux pilotes FTR-Honda.

Les protos officiels devant. Les satellites. Puis les meilleures Claiming Rule Team. Passage à 1000 cc et introduction des CRT ne changeront pas la hiérarchie du MotoGP. Le retour à une cylindrée supérieure, comme lors des premières années des MotoGP au début des années 2000, ne peut être que bénéfique à Honda qui dominait largement à cette époque mais qui a eu plus de mal en 800 cc et a dû attendre la dernière des cinq saisons effectuées avec le "petit" moteur pour s'imposer enfin. Avec quatre RC213V au départ (deux pour HRC et deux privées), le constructeur japonais aura l'avantage du nombre et dispose avec Stoner et Pedrosa d'une double lame pour conserver ses titres mondiaux. Facilement couronné l'an dernier, l'Australien a pris une nouvelle envergure. Bien plus qu'après son premier titre mondial avec Ducati (2007). Chef de file de Honda, sa pointe de vitesse et sa régularité en font le favori logique. S'il a dominé tous les essais hivernaux sur le sec, Stoner n'est toutefois pas assuré d'une saison tranquille. Car dans son ombre se tient Jorge Lorenzo. Jamais très loin du meilleur chrono de la Honda, l'Espagnol a lui enchaîné les tours en simulation course et a avoué n'avoir jamais piloté une moto aussi bonne. Com' ou pas, la YZR-M1 sera donc la seule rivale de Stoner.

Tournée d'adieu pour Rossi ?

Pour revoir sur Rouge sur les podiums, il faudra attendre au mieux quelques courses. Au pire une saison. Malgré les progrès constatés à Sepang et Jerez, Ducati ne sera pas au niveau de Japonaises. Et Valentino Rossi risque de se battre pour la 5e place toute la saison. Sans résultat et sans son pote Simoncelli, tragiquement décédé l'an dernier, le Doctor pourrait effectuer une saison 2012 pleine d'adieux. Ce serait la fin d'une époque incroyable, à jamais marquée par le sceau de l'Italien. Les podiums, Randy de Puniet va lui y regoûter. Pas le vrai mais celui promis aux CRT. Favori de la catégorie, le Francilien s'est résolu à vivre une année au "purgatoire" en attendant mieux. Moins chers qu'une MotoGP, ces prototypes avec un moteur issu de la série représentent peut-être l'avenir des GP. Cette année, les écuries CRT pourront utiliser douze moteurs par pilote sur l'ensemble de la saison contre six pour les écuries habituelles et embarquer jusqu'à 24 litres de carburant, contre 21 pour les prototypes. Un maigre avantage car ils rendent une trentaine de chevaux aux meilleures machines.

Les débuts de la Moto3

Après le remplacement des 500 cc par les MotoGP en 2002, puis les 250 cc par les Moto2 en 2010, le quatre temps, cycle dépassé en compétition par le deux temps dans les années 60 et 70, reprend donc du service dans les trois catégories du Championnat du monde. La marque autrichienne KTM profite de l'occasion pour faire son grand retour tandis que Honda et Aprilia et même Mahindra, tous grands animateurs de feu la classe 125 cc, fourbissent leurs armes. En effet, à la différence des Moto2, propulsées exclusivement par Honda, les Moto3 ne se sont pas vu imposer un moteur unique. Ces petites motos - les gabarits sont identiques aux 125 cc - dotées d'un monocylindre de 250 cc, disposeront d'importantes possibilités de réglage de l'électronique (gestion de l'antipatinage et frein moteur) et de la boite de vitesses avec rapports interchangeables. Le moteur qui reprend plus bas dans les tours semble plus facile à utiliser que les 125 cc et offre une meilleure vitesse de pointe (235 km/h en bout de ligne droite à Valence pour les KTM). Mis à part Nicolas Terol et Johann Zarco, respectivement champion et vice-champion du monde 125 cc l'an dernier et "montés" en Moto2, la plupart des meilleurs pilotes de la catégorie disparue seront aux avant-postes des Moto3, à commencer par l'Allemand Sandro Cortese (KTM) et l'Espagnol Maverick Vinales (Honda), 3 et 4e l'an passé en huitièmes de litre. Les chances françaises reposent sur Louis Rossi, Alexis Masbou et le petit nouveau Alan Techer. En Moto2, outre Zarco, il faudra compter sur le Toulousain Mike di Meglio, fermement décidé à redorer son blason.

Calendrier de la saison

8 avril: GP du Qatar à Losail (en nocturne)
29 avril: GP d'Espagne à Jerez de la Frontera
6 mai: GP du Portugal à Estoril
20 mai: GP de France au Mans
3 juin: GP de Catalogne à Barcelone
17 juin: GP de Grande-Bretagne à Silverstone
30 juin: GP des Pays-Bas à Assen (samedi)
8 juillet: GP d'Allemagne au Sachsenring
15 juillet: GP d'Italie au Mugello
29 juillet: GP des Etats-Unis à Laguna Seca (uniquement pour la catégorie MotoGP )
19 août: GP d'Indianapolis (Etats-Unis)
26 août: GP de la République Tchèque à Brno
16 septembre: GP de Saint-Marin à Misano (Italie)
30 septembre: GP d'Aragon au Motorland Aragon (Espagne)
14 octobre: GP du Japon à Motegi
21 octobre: GP de Malaisie à Sepang
28 octobre: GP d'Australie à Phillip Island
11 novembre: GP de Valence (Espagne)

Xavier Richard @littletwitman