Nasser Al Attiyah : le report des JO est "une bonne chose"

Publié le , modifié le

Auteur·e : Gael Robic
Nasser Al Attiyah
Nasser Al Attiyah lors du Dakar en 2020 | MaxPPP - Bernard Papon

Retrouvez l’offre
france tv sport sur

En janvier dernier, il a terminé deuxième du Dakar saoudien. L'an prochain à Tokyo, Nasser Al Attiyah pourrait participer à ses septièmes JO consécutifs ! Un objectif majeur pour le qatari, triple vainqueur du célèbre rallye-raid et médaillé de bronze aux Jeux de Londres 2012 (tir).

Quelle est la situation sanitaire au Qatar ? 
Nasser Al Attiyah : "Ici, la situation est presque normale. Le gouvernement a imposé des mesures, mais on peut encore sortir, faire ses courses et aller travailler si l’on veut. Mais à 18h00, on doit être rentré chez soi. Il n’y a que quelques cas recensés ici, ce n’est pas comparable avec vous. Personnellement, je suis dans ma ferme, dans le sud du pays, avec mes frères".

Le CIO a annoncé mardi le report des Jeux de Tokyo à 2021. Quelle est votre réaction ?  
N. A : "Ce report d’un an est évidemment une bonne chose. La situation générale est dramatique, les conditions d’entraînement ne sont pas réunies. Tout cela joue sur le moral de chacun. Vraiment, c’est une bonne idée. Même si, à titre personnel, j’aurais aimé qu’on maintienne ces Jeux aux dates initialement prévues, mais en petit comité. Un report ? OK, mais pas en janvier, j’ai le Dakar ! Quoi qu’il en soit, je respecte la décision prise".  

A Tokyo, vous pourriez participer à vos septièmes Jeux consécutifs (médaille de bronze à Londres 2012 au skeet (tir). Qu’en est-il de votre sélection ?  
N. A : "Après le Dakar (deuxième sur Toyota), je suis allé à Chypre pour une épreuve de tir. Ca s’est pas mal passé, mais ce n’est pas encore suffisant. Je devais prochainement me rendre en Inde pour une manche de Coupe du monde mais elle est reportée. Je suis le n°1 qatari, j’ai bon espoir d’être parmi les 32 tireurs sélectionnés pour les Jeux". 

Quelles sont vos conditions d’entraînement dans ce contexte particulier ?
N. A : "J’ai le droit à deux heures d’entraînement chaque jour. Avec une seule personne. Je suis le seul à bénéficier de ces conditions ici. En plus, j’ai une machine équipée à la ferme. Il faut vivre comme si tout était normal. Sinon, vous devenez dingue !"

Trois mois après, la déception du Dakar est-elle derrière vous ? 
N. A : "Oui, évidemment. Reprenez le scénario de la course : si on retire nos 12 crevaisons (!!!), ce n’est plus la même chose. On est en position de gagner. Mais c’est ainsi…"

Quid du Dakar 2021 ? 
N. A : "Notre contrat avec Toyota s’est achevé en février, au soir du Qatar Rally. Nous négocions avec Toyota. Je suis très heureux chez eux, je suis n°1 et je serai ravi de rester ! BF Goodrich (manufacturier américain, fournisseur des principales équipes du Dakar) développe un nouveau pneu pour les 4x4, le règlement devrait faire de nos voitures la catégorie reine en 2023 donc…De plus, je n’ai eu aucun contact avec Prodrive (NDLR : projet de l’écurie anglaise, annoncée sur le prochain Dakar)."

Vous avez des nouvelles de Mathieu (Baumel, son co-pilote, confiné en France) ? 
N. A : "Oui, on s’appelle tous les deux jours ! Tout va bien !" 

Gael Robic gael_robic