Sébastien Ogier
Sébastien Ogier | DIEGO LIMA / AFP

WRC - Rallye de Sardaigne: Ogier et Volkswagen, jamais deux sans trois ?

Publié le , modifié le

Le Français Sébastien Ogier, invaincu depuis 2013 en Sardaigne dans une Volkswagen Polo-R, va tenter de tripler la mise lors de la 6e manche du Championnat du monde des rallyes (WRC), avec comme principaux adversaires les autres pilotes de l'équipe allemande. Jeudi soir, c'est le Tchèque Martin Prokop (Ford Fiesta RS) qui a pris la tête du Rallye en signant le meilleur temps de la super spéciale d'ouverture à Cagliari.

Comme Ogier, Andreas Mikkelsen et Jari-Matti Latvala, les trois pilotes VW,  les pilotes de rallye adorent l'île italienne et ses spéciales spectaculaires  qui accueillent le WRC depuis 2004. En dix ans, la spéciale "Monte Lerno" est  devenue une classique, avec son fameux "Micky's Jump" qui n'a rien à envier aux  plus belles bosses du rallye de Finlande. "Il n'est pas possible d'aborder un rallye avec plus de confiance que nous  en avons en ce moment", se réjouit Jost Capito, le directeur de VW Motorsport.  Ses troupes sont gonflées à bloc par le double triplé réussi au Portugal, le  mois dernier, au classement général et dans la Power Stage de clôture.

Mais Capito, ex-patron de Ford en rallye, ne s'attend pas à une "promenade  de santé", car "en Sardaigne, les données du terrain sont complexes et changent  d'un passage à l'autre". "Pour couronner le tout, la concurrence est plus  déterminée que jamais à nous compliquer la tâche", annonce-t-il. Le menu 2015 est particulièrement corsé, avec une super-spéciale  d'ouverture à Cagliari, jeudi soir, puis deux journées bien remplies, avec  départ à l'aube et retour au crépuscule, avant une fin de rallye plus  tranquille, dimanche matin (40 km de spéciales). La palme de la résistance sera attribuée samedi soir, après 212 km  chronométrés en une seule journée, record de la saison. Un sacré test pour VW, mais aussi pour Citroën, Hyundai et Ford qui espèrent une cascade d'incidents,  toujours possible en Sardaigne, pour grimper sur le podium.   

Sauter dans la poussière​

"C'est l'un des meilleurs rallyes du calendrier", juge Ogier, qui sera  obligé de "balayer" en début de rallye. Ce sera souvent sur des spéciales  inédites car le parcours a été largement renouvelé autour de la petite ville  d'Alghero, nouveau camp de base. Le double champion du monde français s'attend  aussi à des "températures extrêmes" à l'intérieur des cockpits. Son compère Latvala a retrouvé le goût de la victoire au Portugal et compte  bien profiter de sa position sur la route, en début de rallye, pour creuser  d'entrée des écarts impossibles à rattraper, même par Ogier. Soit à peu de choses près le scénario du Portugal, qui lui avait finalement souri.

"Ma position sur la route devrait jouer en ma faveur : nous serons la  cinquième voiture à partir. Les journées vont être incroyablement longues, sur  des pistes étroites, à flanc de falaises plongeant dans la mer. J'aime beaucoup  piloter en Sardaigne, parce qu'on peut mettre le pied droit au fond", ajoute le  Finlandais. Côté Citroën, le podium au Mexique a été suivi d'un retentissant doublé en  Argentine, puis d'une solide prestation au Portugal. L'équipe est donc de  retour au plus haut niveau, après une saison 2014 blanche et sèche, et Mads  Ostberg aime la Sardaigne, où il avait terminé deuxième l'an dernier. Il peut compter aussi sur les évolutions techniques testées au Portugal. Les Citroën DS3, avec Ostberg et Kris Meeke, victorieux en Argentine,  mèneront la chasse aux Polo-R, mais elles ne seront pas seules : il y aura  aussi les Hyundai officielles et les Ford Fiesta de M-Sport. Toutes bien  décidées à "sauter dans la poussière", comme sur l'affiche officielle.

AFP