Le trio des inséparables

WRC - Rallye de Sardaigne : Le trio des inséparables

Publié le , modifié le

Ce jeudi démarre le 8e rallye de l'année en Sardaigne. Le cap de la mi-saison est franchi, et Sébastien Ogier (Citroën) est aux commandes du classement général. Mais le trio de tête se tient dans un mouchoir de poche : huit points séparent Ogier de Thierry Neuville (Hyundai), 3e. Difficile donc de jouer aux pronostics, même si un pilote se détache ces dernières semaines : le dauphin d'Ogier, Ott Tanäk (Toyota).

Le soleil brutal de la Sardaigne va-t-il décanter la course au général de WRC? La densité tout en haut du classement en WRC cette année est exceptionnelle. Alors que débute ce jeudi le Rallye de Sardaigne, les trois meilleurs pilotes se tiennent en huit points. Sébastien Ogier (Citroën) a cumulé 142 points, tandis que Ott Tanak (Toyota) en a gagné 140 et Thierry Neuville (Hyundai) 132. Le Français mène les débats, mais il n’a gagné que deux rallyes. Il doit sa première place à son extrême régularité tout au long de la saison. Hormis le couac du Rallye de Suède (où il a terminé à la 11e place) il a toujours fini sur le podium des courses ; soit six podiums en sept courses. Ott Tanak en est à 5 podiums…mais trois victoires. Thierry Neuville, quelques crans derrière, pointe à 5 podiums pour deux victoires.

Homogénéité au sommet

Si ces trois-là ne se quittent plus, ils ont creusé l’écart avec le reste du circuit. Le quatrième homme cette année est Elfyn Evans (M-Sport). Il totalise 65 points, soit 67 de moins que Neuville. Un gouffre. 21 places sur le podium ont été distribuées

C’est bien simple, seuls Lappi (2e en Suède) Evans (3e au Mexique et en Corse) et Mikkelsen (2e en Argentine) sont parvenus à s’immiscer parmi les trois gloutons dans les places d’honneur de la saison.

Une telle homogénéité entre les meilleurs rend l’issue des courses beaucoup moins lisible. Regardez le rallye de Sardaigne qui a lieu ce week-end. Ogier est leader, mais c’est Tanäk qui apparaît favori. Question de dynamique : l’Estonien a remporté les deux derniers rallyes. Il a inscrit 58 points sur les 60 possibles lors de ses épreuves. Sa Toyota est, pour l’instant, la plus rapide sur terre. Les avaries qu’il a connues l’an dernier en Sardaigne ne devraient pas trop peser dans la balance. De son côté, Sébastien Ogier regrette de devoir partir en premier : "S'élancer le premier en Sardaigne équivaut à faire une croix quasi d'entrée sur la victoire, tant le phénomène de balayage y est important" a-t-il analysé selon des propos rapportés par l’AFP, même si son véhicule a "progressé ces derniers temps" et qu'il a "eu de bonnes sensations avec au Portugal" début juin.

Les 19 spéciales (soit 310,52 km chronométrés) de l'édition 2019, disputée dans le nord de la Sardaigne autour du parc d'assistance d'Alghero, sont très proches du parcours des trois dernières années. Des routes de terre étroites et bordées de pierres et d'arbustes qui punissent sévèrement les erreurs. Les ornières qui se creusent au fil des passages et les températures très élevées viendront encore compliquer la tâche des concurrents.

Une météo clémente tout le week-end

Après une courte spéciale sur une ancienne piste de motocross où les voitures s'affronteront en duel jeudi soir, ils entreront dans le vif du sujet vendredi avec deux passages sur quatre ES. Samedi sera particulièrement long avec trois spéciales, dont deux font près de 30 kilomètres, à parcourir deux fois. Les quatre ES de dimanche sont identiques à l'an dernier, avec en conclusion l'incontournable Power Stage et ses points supplémentaires au Championnat. 

Avec AFP