Loeb Allemagne 082012
Sébastien Loeb fait la course en tête sur les routes du Rallye d'Allemagne. | EPA/MAXPPP

WRC - Rallye d'Allemagne: Loeb conserve la tête

Publié le , modifié le

Sébastien Loeb (Citroën) occupait la tête du rallye d'Allemagne au terme des six spéciales de la première journée disputées vendredi dans la région de Trèves (ouest). Vainqueur de quatre de ces six spéciales, l'actuel leader du championnat devance deux pilotes Ford, le Norvégien Petter Solberg de 20 secondes et le Finlandais Jari-Matti Latvala de 29 secondes.

A Trèves, Loeb est chez lui. Déjà vainqueur à huit reprises de ce rallye d'Allemagne qui l'avait vu entrer dans la cour des grands lors de son premier succès officiel en WRC en 2002, il paraît intouchable. Vendredi soir, après avoir signé le meilleur temps dans quatre des six spéciales, il devançait deux pilotes Ford, le Norvégien Petter Solberg de 20 secondes et le Finlandais Jari-Matti Latvala de 29 secondes. L'octuple champion du monde pourrait réaliser une opération en or au championnat où il devance déjà largement (43 points) son équipier finlandais Mikko Hirvonen. Ce dernier est apparu en difficulté sur le macadam allemand, seulement sixième du classement (à 48 secondes), presque dépité. "C'est vrai que ça ne va pas fort, a-t-il reconnu. Ce matin surtout, j'ai vraiment éprouvé des difficultés à trouver le rythme. Je limite la casse mais c'est difficile d'attaquer sans appréhension sur ces routes très étroites".

Et dire que Loeb n'était pas parti à fond ! "C'est propre mais pas parfait. J'ai évité de prendre des risques d'emblée", disait-il à mi-journée. "J'ai ensuite poussé un peu plus fort sur l'accélérateur en vue de creuser l'écart. On ne sait jamais: une erreur et tout est à refaire. Mais ce n'est pas facile de faire des écarts car les autres étaient bien dans le rythme l'après-midi", ajoutait-il ensuite. Pilote intelligent, il sait qu'une erreur peut se payer cash en Allemagne. "L'an passé, une crevaison m'avait privé de la victoire. Sur les chemins étroits dans les vignobles, le moindre 'tout-droit' peut faire perdre un paquet de secondes: impossible de se remettre à l'endroit au frein à main, il faut faire marche arrière", expliquait-il.

Ogier en difficultés

Sauf incident et/ou bêtise de Loeb, ses adversaires seront sans doute contraints de se battre pour la deuxième place. Dans cette optique, Solberg et Latvala sont actuellement les mieux placés. Mais les pilotes Ford seront bien inspirés de se méfier de Thierry Neuville, en embuscade à la 4e place à seulement cinq secondes du podium. Le jeune Belge de Citroën, 24 ans, a progressivement pris confiance, malgré des problèmes de levier de vitesse, et sera "un client" samedi et dimanche.

Quant au vainqueur de l'édition 2011, le Français Sébastien Ogier, il tente de prendre du plaisir, mais à distance respectable des leaders. Victorieux au volant d'une Citroën l'an passé, il se contente cette saison de jouer au cador dans la catégorie 2 (SWRC, dont il est le leader) avec une Skoda Fabia incapable de rivaliser avec les WRC. En attendant de prendre les commandes d'une VW Polo en 2013, Ogier (28 ans) emmagasine de l'expérience dans l'espoir de retrouver de la compétitivité dans quelques mois. Vendredi soir, il occupait la 10e place à près de quatre minutes de Loeb, bien loin de l'euphorie d'il y a un an. "Une frustration assumée, car je connaissais les données avant le départ", tempérait-il. Dur retour à la réalité...

AFP