WRC : Power Stage, Rally2 : les points de règlement à connaître

Publié le

Auteur·e : AFP
Thierry Neuville à l'attaque avec sa Hyundai
Thierry Neuville à l'attaque avec sa Hyundai | MAXPPP - Nikos Mitsouras

Retrouvez l’offre
france tv sport sur

​​​​​​​Power Stage, Rally2, ordre de départ: le règlement du Championnat du monde des rallyes (WRC), dont la saison 2019 débute jeudi par le Rallye Monte-Carlo, comporte quelques particularités à connaître.

  • Plusieurs catégories (WRC, WRC2, Junior WRC) composent le Championnat. La catégorie reine, celle des "World Rally Cars" (WRC), oppose les meilleurs pilotes, tels les Français Sébastien Ogier (Citroën) et Sébastien Loeb (Hyundai), le Belge Thierry Neuville (Hyundai) ou encore l'Estonien Ott Tänak (Toyota). Quatre constructeurs y sont engagés: Toyota, Hyundai, Citroën et Ford avec M-Sport. Leurs voitures sont dérivées de véhicules de série (Toyota Yaris, Hyundai i20 Coupé, Ford Fiesta et Citroën C3).
  • Les manches de Championnat du monde se déroulent sur trois ou quatre jours (ou étapes), toujours en fin de semaine. Chaque jour, les équipages (pilote et copilote) s'affrontent les uns après les autres sur des parcours fermés à la circulation et chronométrés appelés "spéciales" qu'ils rejoignent par la route, en respectant les limitations de vitesse en vigueur. Le pilote le plus rapide remporte la spéciale, qui peut être longue d'un à quarante kilomètres. Celui qui boucle l'ensemble des spéciales (d'une distance totale supérieure à 300 km) en un minimum de temps remporte le rallye.
  • Des points sont attribués aux dix premiers selon le barème suivant: 25-18-15-12-10-8-6-4-2-1. Chaque rallye comporte en outre une spéciale baptisée "Power Stage" qui offre aux cinq pilotes les plus rapides des points supplémentaires (de 5 à 1) au Championnat du monde.
  • Avant chaque épreuve, les équipages ont droit à deux journées de reconnaissance à bord de voitures de série afin de prendre des notes sur le parcours des spéciales, que le copilote récitera au pilote pendant le rallye. Ils peuvent également utiliser les images des caméras embarquées des éditions précédentes pour préciser leurs notes. Une séance de mise au point chronométrée, le "shakedown", se tient juste avant le départ du rallye.
  • L'ordre de départ de la première journée est basé sur le classement du Championnat du monde, le leader écopant du handicap d'ouvrir la route. Par la suite, les pilotes partent dans l'ordre inverse du classement général de la journée précédente, le leader de la veille s'élançant le dernier.
  • Les concurrents ayant abandonné sont autorisés à reprendre la course le lendemain moyennant des pénalités forfaitaires pour chaque spéciale non terminée. On dit de ces équipages qu'ils font leur retour en Rally2.
  • Tout au long du rallye, les équipages doivent respecter des horaires de passage à différents points de contrôle sous peine de pénalité ou de mise hors course pour la journée. Retard et avance sont sanctionnés. Les équipes peuvent toutefois s'arranger avec ces temps de passage et les pénalités qui en découlent pour offrir à l'un de leurs équipages une meilleure position de départ en spéciale ou un meilleur classement général.
  • Toute assistance sur une voiture par l'équipe qui l'engage est interdite sur le parcours hors des créneaux horaires (en général le matin, au déjeuner et en fin de journée) et zones prévues à cet effet. En cas de panne ou de casse entre deux spéciales, seul l'équipage peut intervenir sur son véhicule. Il peut toutefois bénéficier des conseils de ses équipiers ou concurrents.

AFP