WRC : Ogier, une 8e victoire de suite à Monte-Carlo pour finir sur une 7e couronne mondiale ?

Publié le , modifié le

Auteur·e : francetv sport
Le Français Sébastien Ogier, nouveau pilote Toyota
Le Français Sébastien Ogier, nouveau pilote Toyota | AFP - VALERY HACHE

Retrouvez l’offre
france tv sport sur

La nouvelle saison de WRC débute ce jeudi avec le rallye de Monte-Carlo. 88 pilotes prendront le départ sur les routes sinueuses du sud. Parmi eux, Sébastien Ogier. Pour sa dernière saison, le Français, sextuple champion du monde, veut tout faire pour accrocher une nouvelle couronne. Il a changé d'équipe à l'intersaison pour y parvenir, en quittant Citroën pour Toyota. Mais face à lui, les prétendants sont nombreux, à commencer par le champion du monde en titre, l'Estonien Ott Tänak.

Deux mois après la fin de la saison, le championnat du monde des rallyes fait déjà son retour ce jeudi. Première étape de cette édition 2020 : Monte-Carlo, qui accueille pour la 88e fois les pilotes du circuit pour une course qui s'annonce d'ores et déjà prometteuse (à suivre en live sur France tv sport). Et les regards seront forcément tournés vers Sébastien Ogier. Le Gapençais, titré à six reprises, a annoncé que cette saison serait sa dernière. Le pilote Toyota va tout faire pour terminer en beauté et s'offrir une 7e couronne.

Pour parvenir à ses fins, il a donc décidé de tourner le dos à Citroën, qui l'avait ramené en son sein en début de saison pour deux années. A l'issue de la première, au vue du manque de performances de sa voiture, le Français a préféré mettre le cap sur Toyota, nouveau tenant du titre. Un départ qui a provoqué le retrait de la marque au Chevron des rallyes... Même avec l'équipe nippone, Ogier sait que la concurrence s'annonce rude. "Chaque voiture a des caractéristiques différentes et il faut quelques kilomètres pour s'y habituer, mais jusqu'à présent, cela s'est bien passé pendant les essais. On veut se battre pour un 7e titre cette année et je pense qu'on a de bonnes chances avec cette voiture", explique le pilote de 36 ans.

Tänak, Neuville... La concurrence s'annonce rude pour Ogier

En effet le Français pourra compter sur la présence de l'Estonien Ott Tänak, champion en titre, parti de chez Toyota pour rallier Hyundai. Le titre de Tänak était le premier d'un pilote non français depuis 2003. Une anomalie que Sébastien Ogier veut mettre un point d'honneur à effacer pour son ultime saison.

Du côté des autres prétendants, difficile en revanche de compter le nonuple champion du monde Sébastien Loeb comme un concurrent sérieux puisqu'il ne participera qu'à la moitié des épreuves au volant, lui aussi, de sa Hyundai.  Le Belge Thierry Neuville, qui a échoué sur la 2e marche du podium ces quatre dernières années, tentera enfin de monter sur la plus haute, mais la concurrence sévère de Tänak dans sa propre équipe peut le perturber.

"Le rallye le plus difficile du championnat"

Ogier s'apprête donc à débuter sa mission sur un rallye qu'il affectionne particulièrement et l'a longtemps fait rêver : "J’ai le souvenir d’aller voir des spéciales de nuit avec un grand feu et les parents qui boivent du vin chaud", raconte-t-il à nos confrères du Dauphiné Libéré. "Au-delà de l’admiration que j’ai pour ce rallye, il reste le plus difficile du championnat au niveau des conditions à affronter." Vainqueur des sept dernières éditions, il rêve d'un 8e sacre, pour le placer sur de bons rails dès l'entame de la nouvelle saison. En plus, il s'agirait d'un succès avec un cinquième constructeur différent (1 avec Peugeot en 2009 en Intercontinental Rally Challenge, 3 avec Volkswagen, 2 avec M-Sport Ford et 1 avec Citroën en WRC depuis 2014).

Côté calendrier, l'annulation du rallye du Chili en raison des troubles sociaux dans le pays a conduit à avancer d'une semaine celui d'Argentine, du 23 au 26 avril. La saison se terminera au Japon du 19 au 22 novembre. Le rallye du Kenya, jadis un des grands rendez-vous du championnat, reviendra lui du 16 au 19 juillet, comme la Nouvelle-Zélande du 3 au 6 septembre. Parmi les absents, le Tour de Corse, écarté pour la première fois depuis 2015, devrait faire son retour par intermittence dans les prochaines années.
 

francetv sport francetvsport