Sébastien Ogier repart à l'assaut du rallye de Monte-Carlo

Sébastien Ogier repart à l'assaut du rallye de Monte-Carlo

Publié le , modifié le

Le quintuple champion du monde en titre des rallyes, Sébastien Ogier (M-Sport Ford), a une première occasion de jauger la concurrence lors de l'exigeant Rallye Monte-Carlo, de jeudi à dimanche. Avec sept vainqueurs différents et deux manches au moins remportées par chaque constructeur, la saison 2017 avait été une des plus ouvertes de l'histoire du WRC. La question est de savoir si le pilote français aura encore toutes ses chances, et un début de réponse devrait être apporté ces prochains jours.

La présentation officielle du prestigieux rallye

"Personne ne peut dire qui va remporter le championnat. Toutes les équipes sont peu ou prou du même niveau", estime Julien Ingrassia, le copilote de Sébastien Ogier. Différence de taille avec l'an passé, les voitures n'ont pas subi de modification majeure, juste des ajustements. "Tout le monde arrive avec une évolution de sa voiture précédente, il n'y aura rien de très différent", assure  Kris Meeke (Citroën C3).

"Au Monte-Carlo, nous verrons comment nous nous situons par rapport à la concurrence", juge l'Estonien Ott Tänak qui se retrouve à présent au volant d'une Toyota. Et qui d'autre qu'Ogier, enfant du pays et lauréat des quatre dernières éditions, pourrait nier l'importance de gagner ce grand rendez-vous ? "La beauté de cet événement est qu'il est imprévisible, il faut être préparé pour tout", résume Michel Nandan, qui dirige Hyundai.

Avec des routes piégeuses, sans cesse remodelées en fonctions des conditions météorologiques, il ne faudra pas seulement compter sur un gros moteur. "Le Monte-Carlo n'est pas une affaire de performance, analyse l'Espagnol Carlos del Barrio, copilote de Dani Sordo (Hyundai). Il faut essayer de prendre les spéciales les unes après les autres et de ne pas faire d'erreur."

Au départ du Shakedown (la mise en jambe du rallye)

Dix-sept sont au programme de la 86e édition de la plus ancienne épreuve au calendrier, pour près de 390 kilomètres chronométrés, dont la moitié renouvelée par rapport à 2017. Aujourd'hui, deux spéciales nocturnes seront disputées entre Monte-Carlo et Gap. "Un départ compliqué" même sous une météo clémente, estime Ogier, au cours duquel "des différences pourront déjà être faites".

Vendredi offre un programme très dense de 145 kilomètres chronométrés, répartis en deux boucles de trois spéciales au sud de Gap, auquel la neige pourrait se mêler. Direction le Nord samedi pour cinq spéciales suivies d'une longue liaison jusqu'à Monaco, au-dessus de laquelle se courra un final classique dimanche, avec deux passages sur l'emblématique col du Turini.

Les temps du Shakedown

francetv sport @francetvsport