Le Français Sébastien Ogier
Sébastien Ogier dans le baquet de la Ford Fiesta | AFP - NurPhoto - Joan Cros

Sébastien Ogier (Ford) remporte le rallye du Mexique et repasse leader, Loeb 5e

Publié le , modifié le

Partie avec moins de 35 secondes d'avance sur Kris meeke (Citroën) ce matin à l'aube de la dernière journée du rallye du Mexique, Sébastien Ogier (Ford) na fait que conforter son avantage. A l'arrivée, le quintuple champion du monde des rallyes a terminé avec 1'13" d'avance sur l'Espagnol Dani Sordo (Hyundai) et 1'29 sur Meeke. Pour le troisième acte de ce championnat, le Français récupère donc la place de leader, aux dépens de Thierry Neuville (Hyundai), qui termine en 6e position, juste derrière le Français Sébastien Loeb (Citroën), qui faisait son retour en WRC.

Cela pouvait être le retour gagnant de Sébastien Loeb. Ce rallye du Mexique se solde finalement par le retour au sommet de Sébastien Ogier. Vainqueur de Monte-Carlo mais seulement 10e en Suède, le quintuple champion du monde en titre a repris les commandes du championnat en raflant un deuxième succès cette saison, au Mexique. Mais il a aussi pu voir que son ancien rival aura son mot à dire lorsqu'il sera au volant de la Citroën, notamment lors du Tour de Corse début avril. Que se serait-il passé si l'ancien retraité n'avait pas crevé lors de l'ES 14 ? Personne ne le saura, mais l'étape corse pourrait bien lui apporter une 79e victoire en championnat du monde.

En attendant, Sébastien Ogier remonte sur son trône. La 5e place de l'inconstant Thierry Neuville (Hyundai) l'a éjecté de la 1re place du championnat. Quatrième de la Power Stage remportée par l'Estonien Ott Tänak (Toyota), le Belge a grappillé deux points mais Ogier, deuxième, en a inscrit quatre supplémentaires. "Nos chances étaient minces mais on n'a jamais abdiqué et on signe une grande performance", a-t-il réagi après avoir remporté son quatrième Rallye du Mexique (2013, 2014, 2015 et 2018). 

Le leader de M-Sport a construit son succès en deux temps, d'abord en limitant les dégâts vendredi, puis en écrasant la concurrence samedi, quand il a remporté cinq des six spéciales prévues sur terre, avant trois courtes spéciales sur asphalte. Ogier a aussi bénéficié samedi de la crevaison, dans l'ES14, de Loeb, alors leader, qui n'avait plus disputé de manche du Mondial des rallyes depuis le Monte-Carlo 2015.  Deuxième dimanche matin, Meeke disposait d'une avance relativement confortable sur Sordo (près de 11 secondes), mais il a mis sa C3 sur le flanc dans l'ES20 et a tardé à se dégager, coincé dans un fossé.

La réaction de Sébastien Ogier

Loeb et Ogier, comme à la belle époque

Thierry Tazé-Bernard @thierrytaze