Ogier casque Polo Allemagne
Sébastien Ogier (Volkswagen) dans les starting-blocks | BASTIEN BAUDIN / AUSTRAL / DPPI media

Sébastien Ogier en Allemagne pour retrouver l'asphalte et la victoire

Publié le , modifié le

Sébastien Ogier, qui n'a plus gagné depuis février dernier en Suède, retrouvera son statut de favori de vendredi à dimanche au rallye d'Allemagne, première épreuve sur asphalte après six manches disputées sur la terre. "Je suis toujours impatient avant le rallye d'Allemagne, mais plus cette fois que d'habitude. Enfin, Julien (Ingrassia, son copilote, ndlr) et moi avons une chance réaliste de nous battre pour la victoire sur notre vraie valeur après les difficiles rallyes sur terre", explique le pilote VW, confortable leader du Championnat du monde.

Pénalisés par leur première position sur la route - qu'ils occupent depuis... mars 2014 ! - due à leur première place au Championnat du monde, les Français n'ont pu remporter aucun rallye sur terre cette année. Une série de podiums au Mexique, en Argentine, au Portugal et en Sardaigne, avant une quatrième place et un résultat hors des points (suite à une erreur d'appréciation dans une épingle) sur le rallye de Finlande, leur permettent toutefois de devancer leurs équipiers norvégiens Andreas Mikkelsen et Anders Jæger de 45 points.

Neuville ambitieux

Vainqueur l'année dernière, Ogier, champion du monde en titre, apprécie les routes de la région de Trèves. Sur les différents types d'asphalte proposés la position d'ouvreur n'est en effet pas désavantageuse comme sur la terre où les premiers dans les spéciales doivent balayer la route pour les autres. Attention toutefois à la météo: la pluie est annoncée. "Lors des tests, nous avons eu un mélange de soleil et d'averses. Nous avons donc été en mesure de tester les nouveaux pneus pluie de Michelin. Cela pourrait jouer un rôle puisque les spéciales sont extrêmement dures par temps humide", explique Ogier.
Le rallye débute vendredi dans les vignobles de Moselle mais c'est souvent la longue journée de samedi (150 kilomètres chronométrés soit 50% du parcours) qui influence le classement avec notamment cinq spéciales dans le camp militaire de Panzerplatte. Les quatre dernières spéciales du dimanche sont nettement moins piégeuses.

Volkswagen, qui avait signé un triplé en 2015, a l'ambition de répéter un résultat similaire cette année devant ses supporteurs. La firme de Wolfsburg fête en outre ce week-end les 50 ans de VW Motor Sport.
Le principal rival des Polo WRC pourrait bien être le Belge Thierry Neuville, qui avait remporté en Allemagne il y a deux ans le premier rallye WRC de sa carrière. "C'est le rallye que j'attends le plus durant la saison et un rendez-vous lors duquel j'ai toujours été compétitif. C'est en outre à quelques dizaines de kilomètres seulement de la Belgique. Il y a beaucoup de supporteurs", se réjouit le pilote Hyundai.

Sordo de retour​

Neuville retrouvera à ses côtés l'Espagnol Dani Sordo (vainqueur il y a trois ans) de retour après avoir manqué le rallye de Finlande en raison d'une vertèbre fêlée après une grosse sortie de route en tests, ce dont se félicite cet autre spécialiste de l'asphalte. "L'Allemagne un rallye très exigeant, très rapide, avec beaucoup de caractéristiques différentes. C'est excitant de piloter dans ces vignes, c'est rapide mais très étroit avec beaucoup d'épingles et de virages", explique-t-il. "Le camp militaire est très piégeux, particulièrement sur le mouillé, donc il est important de ne pas faire d'erreur", ajoute Sordo.

AFP