Sébastien Ogier
Sébastien Ogier nourrit de grandes ambitions pour le Tour de Corse | FRANCOIS BAUDIN / AUSTRAL / DPPI MEDIA

Rallye de Finlande - Une course "mythique et magique" pour Ogier

Publié le , modifié le

Pour ce huitième rendez-vous de la saison, les pilotes se retrouvent du côté de la Finlande pour le Neste Oil Rally Finland. Déjà vainqueur ici en 2013 et deuxième l'année dernière, Sébastien Ogier revient avec de grandes ambitions, sur un circuit qu'il décrit comme "mythique et magique".

En quelques mots comment pourriez vous définir ce huitième rendez-vous  de la saison ?
Sébastien Ogier : "Ce rallye est magnifique. Il est mythique. C'est l'un des plus beaux  d'un point de vue pilotage. Les routes sont magiques et ressemblent à de grands  oboggans. Dans la voiture on a la sensation d'être sur des montagnes russes,  avec beaucoup de sauts et des virages en aveugle qui délestent."

Justement parlez-nous de ces sauts. Comment les "attaquer" au mieux ?
S.O. : "Je pense que la meilleure façon de les aborder est de rester à fond !  Certes, en raison des frottements, la voiture est ralentie en l'air mais  j'estime que la perte de temps est plus importante si on doit freiner pour raccourcir le saut puis réaccélèrer. C'est également plus impressionnant pour  les spectateurs, mais souvent la performance va avec le show !"
     
Comment se présente cette édition 2015 pour vous qui avez gagné en 2013 et terminé deuxième l'an passé derrière Latvala ?
S.O. : Les conditions seront peut-être compliquées. Mercredi matin, lors du shakedown (essais non qualificatifs où il a signé le 5e temps, ndlr), on a vu que l'adhérence est finalement très faible. Je m'attendais à des routes plus compactes avec beaucoup plus de grip. Le premier round était très glissant et piégeux, j'espère que ce sera mieux pendant la course.
   
Vous allez de nouveau ouvrir la route, et les prévisions météo  devraient vous être favorables ?
S.O. : Évidemment, s'il pleut, cela devrait être un avantage d'être le premier sur la route. Les prévisions changent régulièrement mais on devrait avoir de l'eau. Trop d'eau pourrait également être à l'origine d'aquaplanning sans parler des essuie-glaces qui ont bien du mal à suivre aux vitesses où nous évoluons. Partir devant nous oblige également à inventer les bonnes trajectoires sans l'aide de traces.
   
Vous ne cachez pas votre ambition d'inscrire ce rallye une nouvelle fois à votre palmarès. Vous possédez une belle avance au Championnat du monde. Est-ce bien nécessaire de prendre tous les risques ici ?
S.O. : Le Championnat est toujours dans un coin de ma tête mais je n'ai pas envie de changer mon approche, qui, depuis le début de la saison, est de me battre toujours pour la victoire (5 succès en 7 courses cette année, ndlr). Cela va être le but en début de rallye, mais si cela devient trop compliqué, Jari-Matti Latvala (son coéquipier finlandais) a été très performant l'an dernier, il faudra être capable d'accepter un bon résultat et de gros points.

AFP