La Polo-R de Sébastien Ogier, sur le rallye de Pologne.
La Polo-R de Sébastien Ogier, sur le rallye de Pologne. | AFP

Ogier vire en tête... et ça l'agace

Publié le , modifié le

Le Français Sébastien Ogier (VW Polo-R) a terminé vendredi la deuxième journée du rallye de Pologne avec une très légère avance sur ses principaux poursuivants. Malgré le handicap d'avoir dû ouvrir la route, une position qu'il n'apprécie guère et qu'il devra conserver samedi. "Si terminer en tête est une bonne nouvelle, la plus mauvaise de la journée sera de repartir devant demain", a lancé le double champion du monde, qui peste après le nouveau règlement depuis qu'il a été rendu public en fin de saison dernière."

Le leader du Championnat est en effet invité à partir le premier le vendredi et le samedi, ce qui implique le "balayage" des routes en terre et une perte de temps plus ou moins conséquente. Son coéquipier, Jari Matti Latvala, qui termine troisième derrière Andreas  Mikkelsen, autre pilote Volkswagen, est moins formel. "Je pense qu'être parmi les premiers est certes pénalisant dans certains cas mais, aujourd'hui, cela  évitait de prendre de la poussière sur le pare-brise", a commenté le Finlandais  reconnaissant néanmoins la "belle performance de Sébastien".

Poussière ou non, parti de la onzième position vendredi matin, Ott Tanak a créé la sensation du jour, alignant trois victoires d'affilée (ES3, ES4 et ES5) et prenant le commandement jusqu'à l'ES6. Le fougueux Estonien, qui a retrouvé l'écurie M-Sport pour une saison complète en début d'année après en avoir été évincé fin 2012, révélait que le message de son écurie était clair: "Vous allez devoir compter sur nous pour la deuxième partie de saison!" Les Ford Fiesta RS n'ont en effet pas fait de miracle lors des six premiers rallyes, ne terminant sur le podium qu'en une seule occasion, grâce à Elfyn Evans, en Argentine.

Kubica brille devant son public

En tête à mi-journée - aucune assistance n'était prévue avant la soirée -  Tanak devait connaître, lors de la deuxième boucle, des soucis de pneus et de freins. "Les écarts ne sont pas si importants que cela et j'attends demain avec  impatience", a déclaré le vainqueur en WRC2 de l'édition 2014. Malgré ses rétrogradages à répétition dans l'après-midi, le pilote Ford n'est qu'à six secondes de Latvala, auteur d'un temps scratch dans l'ES8.

Autre Ford Fiesta RS à avoir brillé, celle du Polonais Robert Kubica, l'ancien pilote de Formule 1, une vraie star parmi les siens. "J'espère que le public a pris du plaisir", a-t-il lancé en cours de journée. Le seul a être  équipé de pneus durs Pirelli, Kubica a terminé l'ES6 en deuxième position, à  une seconde et demi d'Ogier et pointait vendredi soir à la sixième place, à une trentaine de seconde du Français. Le choix des pneus - Michelin soft pour Ogier - avaient semble-t-il été la  clef de la journée, sans être rédhibitoire, aucun engagé en WRC ne manquant à  l'appel après 155 km chronométrés quelques fois à plus de 130 km/h de moyenne.

AFP

Rallye