Ogier podium sombrero
Sébastien Ogier a vécu un week-end parfait au Mexique | RONALDO SCHEMIDT / AFP

Ogier : "Un week-end parfait"

Publié le , modifié le

Sébastien Ogier (VW Polo-R), victorieux pour la troisième fois cette saison en autant de courses en s'imposant au Mexique, savoure son "week-end parfait", lors d'un point de presse.

Que ressentez-vous après votre troisième succès de rang cette saison ?
Sébastien Ogier : C'est vraiment un week-end parfait. Il s'agit aussi de notre troisième  victoire consécutive au Mexique, et en plus on remporte la Power Stage. On ne  pouvait mieux commencer cette saison".

Avant le départ, vous estimiez avoir "99%" de chances de ne pas  l'emporter, à cause du nouveau règlement qui vous fait partir en première  position. Quelles ont été les clés de votre victoire ?
SO : "Tout d'abord, on a bien bossé en test pour essayer d'adapter au mieux  la voiture aux conditions glissantes, au balayage de la piste. Dans le  Shakedown, on a testé nos pneus tendres qui ont bien résisté. Finalement on en  chausse deux le vendredi matin, et ce choix osé a payé. Il faisait plus froid  que d'habitude et les tendres ont bien résisté. Psychologiquement, on a fait  mal aux autres, car on se trouvait déjà devant alors qu'on partait avec un gros  désavantage. A partir de là, je me suis dit que le podium était envisageable.  Le fait que beaucoup de pilotes soient partis à la faute vendredi et se soient  trouvés en Rallye 2 le samedi à balayer la route devant nous, nous a aussi  beaucoup aidé. Avec Julien (Ingrassia), on n'a fait aucune erreur. On a roulé à  bloc la plupart du temps sur des routes toujours piégeuses. Une fois que  Latvala n'a pu poursuivre (ES12, samedi matin), la philosophie de ma course a  changé, je me suis contenté de contrôler. Ce matin (dimanche) on a commencé à  vraiment assurer. Je pensais qu'on aurait 20 ou 30 secondes de retard sur les  premiers, et à l'arrivée je fais le même temps qu'eux, c'est la preuve que je  me sens super bien au Mexique".

Le nouveau règlement est donc digéré ?
SO : Oui, mais mon avis n'a pas changé sur le sujet. Moi, je suis un  compétiteur, et j'aime lutter à armes égales. Quoiqu'il en soit, je dois faire  avec, faire les courses qu'il faut pour prouver à la fin du championnat que  nous sommes toujours les meilleurs. C'est une fierté d'avoir commencé la saison  comme ça, de trouver les ressources nécessaires pour contrer ce règlement".

Vous avez plus de trente points d'avance sur Andreas Mikkelsen, et plus  de soixante sur Jari-Matti Latvala. Qui pourrait vous empêcher de remporter un  troisième titre de rang ?
SO : "La saison est bien engagée, c'est évident. Mais je ne m'enflamme pas,  il y a encore cinq courses à enchaîner sur la terre. Au sortir de ces cinq  courses, on pourra vraiment voir comment le championnat est engagé. En  attendant, on va encore faire face au désavantage dont on souffre à cause du  nouveau règlement. En Argentine (4e manche du Rallye WRC), par exemple, on ne  pourra pas compenser cet handicap avec un choix de pneus osé, puisqu'on sera  tous en tendres. En plus, l'Argentine est un rallye que Latvala aime bien, où  il avait triomphé l'an dernier. Comme il partira derrière nous, il a toutes les  cartes en main pour chercher à nouveau la victoire. Notre avance peut  rapidement fondre."

Avec ce 27e succès en Rallye WRC, vous passez Carlos Sainz et devenez le  troisième pilote à totaliser le plus de victoires dans la discipline. Que cela  représente t-il pour vous ?
SO : "Rejoindre une telle légende, c'était déjà une belle statistique. Reste  que je n'aime pas les comparaisons entre pilotes de générations différentes,  car les conditions de course ne sont forcément pas les mêmes. Quoiqu'il en  soit, j'espère simplement ne pas m'arrêter là".

AFP

Rallye