Sébastien Ogier (Volkswagen)
Sébastien Ogier (Volkswagen) sur la boue galloise | BEN STANSALL / AFP

Ogier presque intouchable

Publié le , modifié le

Qui peut bien arrêter Sébastien ogier et sa Volkswagen Polo WRC ? Au rallye de Grande-Bretagne personne. Le champion du monde a survolé la deuxième journée du rallye de Grande-Bretagne, signant quatre succès en six spéciales vendredi sur les routes piégeuses du nord du pays de Galles.

Ogier n'a pas besoin de grand chose pour se motiver. "Jari-Matti (Latvala) attaque encore fort alors j'ai fait de même", a-t-il déclaré en  fin de journée, faisant allusion à son coéquipier, deuxième au classement général provisoire, à 20 secondes. Le Gapençais veut finir en beauté une saison quasi parfaite. Derrière, Latvala cherche désespérément à combler les quatorze points qui le séparent  du Belge Thierry Neuville (Ford Fiesta RS) pour décrocher le titre hautement  symbolique de vice-champion du monde et offrir ainsi un doublé à Volkswagen. Dans l'ES6, le Finlandais, victorieux à l'issue des 32 km, est donc passé  devant Neuville, installé depuis la première spéciale en deuxième position dans  ce rallye auquel il participe seulement pour le deuxième fois en WRC. "Je me  suis fait peur dans les deux premiers virages et ensuite j'ai roulé beaucoup  trop prudemment", a expliqué le pilote belge qui a perdu près de 23 secondes  dans l'opération. Si le classement demeure figé jusqu'à la fin, Neuville est  cependant assuré de finir deuxième du Championnat. Avec cette bagarre intense derrière lui, Ogier a certes raflé les trois  spéciales de l'après-midi (ES7-ES9) mais avec un écart minime - entre 0,8 et  2,2 secondes - sur ses premiers poursuivants.

Latvala pessimiste sur ses chances de victoire

Latvala n'a finalement perdu qu'un peu plus de six secondes sur Ogier lors  de la deuxième boucle d'un peu moins de 70 km. "Je ne suis pas content du tout", expliquait-il à sa descente de voiture en  fin de journée. "Quand j'attaque plus fort, je commence à faire des erreurs.  J'ai évité de justesse un gros crash dans la dernière épreuve chronométrée. Ce  sera très difficile de remonter les vingt secondes sur Ogier", prévient le  Finlandais. Si le vainqueur des deux dernières éditions a évité l'accident, cela n'a  pas été le cas de deux pilotes Citroën, auteurs chacun d'une belle série de  tonneaux, sans dommage pour les équipages. Ainsi, dans l'ES4, à sept kilomètres  de l'arrivée, l'ancien pilote de F1 Robert Kubica est sorti de la route,  provoquant l'interruption de la course pendant une dizaine de minutes. Deux  spéciales plus loin, Mikko Hirvonen, alors 4e du rallye, perdait également le  contrôle de sa DS3, l'endommageant gravement. Dernière voiture de la marque aux chevrons en course, celle de Dani Sordo,  auteur d'une belle remontée grâce à une victoire dans l'ES5 et une deuxième  place dans l'ES8, est remontée en dixième position, à tout même plus de six  minutes d'Ogier. Le pilote espagnol était pointé 45e jeudi soir après avoir reçu une  pénalité de cinq minutes pour avoir roulé avec un châssis qui ne devait pas  être utilisé ce week-end...