Sébastien Ogier Wolfswagen
Sébastien Ogier (Wolfswagen) | ALFREDO ESTRELLA / AFP

Ogier, plan de relance en Grèce ?

Publié le , modifié le

Battu par Loeb lors du dernier Rallye d'Argentine, Sébastien Ogier, incontestable leader du championnat du monde, a l'occasion de reprendre ses habitudes victorieuses en Grèce lors d'une épreuve qu'il apprécie particulièrement. Débarrassé de la menace de son compatriote et rival, qui a fait l'impasse sur ce rallye, le pilote Wolfswagen a surtout l'occasion de creuser encore un peu plus l'écart avec ses poursuivants au classement général.

La bataille des Sébastien dans la pampa avait été somptueuse. De celle à faire regretter que Loeb ne dispute qu'une saison tronquée cette année en championnat du monde des rallyes. Le nonuple champion du monde, qui ne s'aligne que sur quatre épreuves (Monte-Carlo, Suède, Argentine et Alsace début octobre) avait finalement triomphé sur le tracé sud-américain, profitant d'une erreur d'Ogier alors en tête. Les deux frères ennemis s'étaient retrouvé le week-end dernier à Monaco, disputant la Porsche SuperCup en lever de rideau du Grand-Prix de Formule 1. Cette fois, c'est le cadet qui avait devancé son rival, mais à distance respectable des premières places (13e contre 16e). En Grèce, théâtre de la sixième manche du championnat du monde, le pilote Wolfswagen va peut-être se sentir seul... 

La menace Latvala

Malgré l'absence de Loeb, Ogier ne devrait pas faire du tourisme pour autant. Car la concurrence, même réduite aux places d'honneur, n'attend qu'un faux-pas du leader du classement, mais aussi parce que le feu Rallye de l'Acropole est l'un des plus exigeants de la saison. Pour les machines comme pour les hommes. Chaleur, pierres et poussière, portions ultra-rapides ou d'autres plus piégeuses, les obstacles ne manquent pas pour s'opposer à une deuxième victoire d'Ogier en terre hellénique. Deuxième en 2009, vainqueur en 2011, Ogier avait mis à profit son statut de "pilote essayeur" Wolfswagen pour remporter la catégorie Super 2000 l'an passé au volant d'une Skoda, terminant même à une belle 7e place au général. 

Et si le principal danger pour Ogier s'appelait Jari-Matti Latvala ? Le Finlandais, coéquipier du Français, semble de mieux en mieux maîtriser la Polo. En témoignent ses cinq temps scratch consécutifs pour conclure le dernier Rallye d'Argentine. Mikko Hirvonen, vainqueur en Grèce en 2009, sera quant à lui en charge de défendre au mieux les couleurs de Citroën. Les places au sommet de l'Olympe seront chères...

Julien Lamotte