Ogier (Volkswagen Polo WRC) nuit
Ogier (Volkswagen Polo WRC) illumine la Catalogne | DR

Ogier et Volkswagen s'éclatent

Publié le , modifié le

Sébastien Ogier (Volkswagen) a étrenné vendredi son récent titre de champion du monde des rallyes (WRC) et affiché un appétit intact en remportant les trois premières spéciales du rallye de Catalogne pour prendre la tête au soir de la 1re journée. Le pilote de 29 ans devance de huit secondes son coéquipier finlandais Jari-Matti Latvala et de 12 secondes l'Espagnol Dani Sordo (Citroën), qui avait bien débuté devant son public en terminant deuxième des deux premières épreuves avant de perdre six précieuses secondes dans la troisième spéciale.

Sur asphalte et en nocturne, Ogier s'est montré impérial, reléguant son  dauphin au classement du championnat, le Belge Thierry Neuville (Ford), à la  quatrième place à 19 secondes au terme de la journée. "Un bon début, trois spéciales, trois meilleurs temps", s'est réjoui le  Français, qui s'est dit pourtant peu à l'aise en pilotage de nuit. "Honnêtement, ce n'est pas ce que je préfère, la nuit, mais je me suis  forcé à bien préparer ces spéciales et on a bien roulé. Ce n'est pas un  exercice que j'aime spécialement parce que je n'ai pas beaucoup d'expérience."

Ogier a expliqué avoir pris en compte la spécificité de ce rallye de  Catalogne qui débute sur asphalte mais s'achèvera dimanche sur terre,  contraignant le leader à déblayer la route au profit de ses poursuivants. "On essaye d'attaquer, de faire le plus gros écart possible parce que la  fin du rallye sera sur terre et il faudra balayer, donc il faut essayer de  prendre un peu d'avance", a-t-il souligné. Successeur du nonuple champion du monde Sébastien Loeb au palmarès du WRC,  Ogier a également l'opportunité d'inscrire son nom après celui de l'Alsacien  dans l'histoire du rallye de Catalogne, où Loeb monopolisait les victoires  -huit d'affilée- depuis 2005.

Ce doublé provisoire de Volkswagen en tête du rallye est de bon augure pour  la marque allemande, qui n'a besoin que d'une septième place finale pour  décrocher le titre constructeurs qui lui tend les bras.

AFP