Sébastien Ogier Volkswagen
Sébastien Ogier (Volkswagen) | JANEK SKARZYNSKI / AFP

Ogier et Mikkelsen à 30 km du but

Publié le , modifié le

Le Français Sébastien Ogier et son coéquipier norvégien Andreas Mikkelsen auront moins de 30 km dimanche pour se départager à l'arrivée du rallye de Pologne, les sept spéciales parcourues samedi n'ayant pas permis de créer de réels écarts entre les deux pilotes Volkswagen.

"Dimanche, nous n'avons plus que Baranowo (ES18 et ES19) à emprunter à deux  reprises mais il faudra conserver un bon rythme et ne pas se relâcher sur cette  route très étroite", a déclaré Ogier qui ne possède que cinq secondes et 6/10e  d'avance sur Mikkelsen. Un triplé Volkswagen est même envisageable, comme à Monte-Carlo et au  Portugal cette saison, à condition que l'Estonien Ott Tanak se fasse doubler  par Jari-Matti Latvala. Ce qui ne semble pas dans les intentions du fougueux  pilote Ford, qui devance le Finlandais d'une seconde et demi. Victorieux à trois reprises samedi, il totalise six victoires depuis le  début du rallye, soit autant qu'Ogier. Le Français a comme la veille ouvert la route et fait un choix de pneus  discutable - en tendre - alors que Mkkelsen avait choisi les pneus durs, mais a  évité peut-être de gros soucis grâce à l'annulation de l'ES14 en tout début  d'après-midi.

Public trop passionné

Considérant que le public se mettait en danger en ne voulant pas quitter  les abords immédiats de la piste sur certains secteurs, la direction de course  a décidé de diriger les concurrents directement vers l'ES15. "C'est un peu dommage car cela a fait une vingtaine de kilomètres de moins  à parcourir", a déploré Mikkelsen qui avait cependant été entendu par les mêmes  commissaires de course dans la matinée. "On ne voit plus rien. Si les espaces entre chaque départ de voiture ne  passent pas de deux à trois minutes, le rallye est déjà terminé", avait-il  lancé lors de la première spéciale du jour (ES10), celle qui devait être  annulée ensuite lors de la deuxième boucle. Dès l'ES11, l'espace entre deux WRC  passait à trois minutes. La veille, tout en saluant, comme Mikkelsen, la performance d'Ogier en tant  qu'ouvreur et donc forcé à balayer les routes, Latvala avait rappelé que les  suiveurs perdaient probablement autant en visibilité ce qu'ils gagnaient en  adhérence.

Dimanche, les WRC partiront en ordre inversé et les cartes seront donc  rebattues. "Je ne vais pas baisser les bras", a prévenu Mikkelsen qui vise une  première victoire en WRC. "Je dois aussi penser à l'équipe. Une deuxième place  m'irait bien aussi. J'ai des sentiments mêlés à ce sujet. On verra demain  matin", a lancé le Norvégien. Quant à Ogier, une "victoire me suffirait", a-t-il répondu lorsqu'on lui  demandait s'il visait aussi un carton plein (28 points) avec un succès  supplémentaire dans la Power Stage (ES19). Une réussite dans cet exercice dont  il s'est montré coutumier à chaque rallye cette saison, à l'exception de  Monte-Carlo.

AFP