Ogier Volkswagen neige
Sébastien Ogier (Volkswagen Polo R WRC) sur la neige | DR

Ogier : "On est toujours dans le coup"

Publié le , modifié le

Sébastien Ogier (Volkswagen) fait le point avant la 2e manche du championnat du monde WRC en Suède (5-10 février). Très à l'aise sur la neige, le Gapençais sera de nouveau l'homme à battre.

Personne ne vous a résisté sur la glace au Monte-Carlo. En Suède, vous serez confronté à de la neige. C'est un rallye qui vous plaît ?
Sébastien Ogier : "C’est l’un de mes préférés. Tout spécialement parce que j’y ai remporté ma première victoire l’an dernier avec Volkswagen, à l’issue d’une belle bagarre avec Sébastien Loeb. Je pense que c’est la meilleure performance de ma carrière à ce jour. Avec Sébastien, nous étions tous les deux à fond à 100%, c’était maximum attaque partout et j’ai fini par l’emporter."

Avec Volkswagen, vous avez réussi à gagner tous les championnats dès votre première saison. Pensiez-vous que cela pouvait arriver ?
SO : "Non ! Si quelqu’un nous avait dit, à Julien et à moi, que nous gagnerions le championnat en remportant neuf rallyes sur treize, nous lui aurions conseillé d’aller consulter un médecin ! Impossible de prévoir la valeur d’une voiture en début de saison, surtout s’il s’agit d’une toute nouvelle machine, comme la Polo R WRC. Ensuite, après les victoires en Suède, au Mexique et au Portugal, nous avons su plus précisément à quoi nous en tenir sur la valeur de notre matériel. Et il semblerait que nous soyons toujours dans le coup !"

Champion du Monde, c'est une pression supplémentaire ?
SO : "J’en suis surtout très fier. Ce premier titre mondial, personne ne pourra nous le retirer à Julien, à moi et au Team. Naturellement, notre objectif, maintenant, c’est de le défendre. L’an dernier, Volkswagen a gagné 10 rallyes sur 13, ce sera difficile de faire mieux… mais soyez certains que nous allons essayer !"

Avec le recul, quel a été le moment plus intense l’an dernier ?
SO : "Clairement, lorsque nous avons décroché le titre mondial en Alsace, au Rallye de France. A l’instant où Julien et moi avons franchi la ligne d’arrivée de la Powerstage, et réalisé que nous étions champions du monde. Un moment incroyable ! Celui où le rêve devient réalité après tant d’efforts. Tout le monde était là pour me féliciter, j’étais submergé par l’émotion."

Y a-t-il eu une émotion particulière au cours d’un rallye, du genre de celles que l’on n’oublie jamais ?
SO : "Oui, au Mexique, au km 32 de la 18e spéciale (Otates II), lorsque nous nous sommes retrouvés, à pleine vitesse, face à une grille de clôture fermée ! Je me souviendrai toujours de notre freinage en catastrophe, et de Julien bondissant de la voiture pour ouvrir cette satanée barrière ! Après coup, l’organisation nous a crédités des 37 secondes perdues dans l’affaire…"

Sans Loeb, parti en WTCC, qui sera votre plus coriace adversaire en 2014 ?
SO : "En premier lieu mon compagnon d’écurie, Jari-Matti Latvala. Ensuite, il sera intéressant d’observer Thierry Neuville en Suède avec Hyundai, après leur déconvenue du Monte Carlo. N’oublions pas Citroën, qui a une énorme expérience et de solides atouts comme Mads Østberg et Kris Meeke. Robert Kubica figure aussi sur ma liste au vu de ses deux premières spéciales du Monte Carlo. Il possède une incroyable pointe de vitesse, sur asphalte en particulier : c’est un pilote de Formule 1 ! Je regrette beaucoup qu’il n’ait pas pu terminer le Monte, comme il l’aurait mérité."

Il n’est pas le premier pilote de F1 à se reconvertir au Rallye. Que pensez-vous de lui ?
SO : "C’est une bonne chose pour notre discipline qu’il ait eu envie d’y rester, c’est clairement un atout, un plus pour le Championnat du Monde. Robert est un grand Monsieur doté d’un immense talent, comme il vient de nous le démontrer encore une fois. Aussi suis-je impatient de voir ce que cela va donner sur les douze autres manches du Championnat. Nous connaissons sa valeur sur le bitume, nous allons maintenant pouvoir l’évaluer sur la neige et la glace en Suède."

Vous êtes le grandissime favori du championnat. Vous risquez de vous ennuyer assez vite si personne ne vous suit ?
SO : "Le Championnat, c’est 13 Rallyes aux quatre coins du monde, de l’Australie à la Suède en passant par le Mexique et l’Argentine. Et entre les épreuves, il y a les tests. Je voyage donc 250 jours par an. Le secret, c’est de me relaxer et de faire du sport lorsque je me retrouve enfin chez moi. Je fais des courses en montagne, du jogging, du vélo… En fait, je n’ai jamais le temps de m’ennuyer…"

Entretien réalisé par Volkswagen