Sébastien Ogier, Volkswagen, Pologne
Le pilote français Sébastien Ogier décolle en Pologne | TOMASZ WASZCZUK / PAP / AFP

Ogier dans le rétro de Latvala en Allemagne

Publié le , modifié le

A l'issue de la spéciale d'ouverture, Sébastien Ogier se trouvait deuxième du rallye d'Allemagne, derrière Jari-Matti Latvala. L'autre pilote Volkswagen, Andreas Mikkelsen, complétait le podium provisoire. Ce shakedown a été marqué par la sortie de route spectaculaire du Belge Thierry Neuville.

La seule spéciale de jeudi, disputée sur 4,6 km, a souri aux Volkswagen,  Latvala devançant le Français Sébastien Ogier, leader du championnat, et le  Norvégien Andreas Mikkelsen. Ce trio 100% VW a devancé la Citroën du Britannique Kris Meeke et la  Hyundai de l'Espagnol Dani Sordo, vainqueur l'année dernière en Allemagne. La 9e épreuve de la saison a démarré de façon catastrophique pour Thierry  Neuville, victime d'une sortie de route dans le vignoble de Konz. Le pilote belge en était à son troisième passage sur la spéciale (4,60 km)  lorsqu'il est parti à la faute dans un double virage à gauche, environ 1,7 km  après le départ. Un porte-parole de Hyundai Motorsport a indiqué sur le site de la WRC que  Neuville avait effectué six tonneaux. Ni Neuville, ni son copilote Nicolas  Gilsoul n'ont été blessés.

VW veut oublier la dernière édition

Cette première épreuve est plutôt encourageante pour Volkswagen et son leader Sébastien Ogier, qui veulent marquer un grand coup lors de ce rallye  d'Allemagne qui s'était refusé à eux en 2013. L'Espagnol Dani Sordo s'était imposé au volant d'une Citroën l'an passé.  Aucun pilote VW n'était monté sur le podium. Un fait unique en 2013. Une  défaite à effacer. "Depuis l'an dernier, nous avons un compte à régler avec le rallye  d'Allemagne, car ce résultat +zéro+ devant nos supporteurs n'est pas un  souvenir très agréable", affirme Jost Capito, le patron de Volkswagen  Motorsport qui domine le championnat de la tête est des épaules.

Depuis cet échec à domicile, VW a aligné douze victoires d'affilée et se  présente en grandissime favorite au départ de ce premier rallye 100% asphalte  du calendrier, la 9e manche (sur 13) de la saison. Avec l'opportunité de  décrocher le titre constructeur dès dimanche à condition de conserver 172  points d'avance sur Citroën. "De récents essais sur asphalte démontrent que cette surface convient bien  à la Polo R WRC, affirme Sébastien Ogier. "Nous devrions être très rapides.  L'échec de l'an dernier nous place sous pression mais ce n'est pas plus mal car  ce rallye nécessite énormément de concentration".

L'épreuve allemande requiert effectivement un pilotage très précis,  notamment lors de la longue spéciale (42,5 km) du Panzerplatte disputée dans un  camp militaire sur des routes bordées par de gros blocs de pierre ressemblant à  des menhirs. Glissades interdites ! "J'ai vécu une expérience malheureuse avec ces blocs l'an dernier. J'en ai  heurté un alors que j'étais en tête et cela m'avait coûté la victoire",  rappelle Jari-Matti Latvala (VW), récent vainqueur du rallye de Finlande et  actuel dauphin d'Ogier au championnat.

Hyundai plus à l'aise ?

Ce premier rallye sur asphalte redistribuera-t-il la donne entre les  constructeurs, VW, Citroën, Ford et Hyundai qui connaît des débuts difficile en  WRC avec la i20? Le "tarmac" conviendra peut-être à la Coréenne. Sébastien  Ogier assure qu'il se méfie en priorité du Belge Thierry Neuville, très à  l'aise dès qu'il s'agit de piloter sur asphalte. "Je m'attends à ce que les Hyundai soient très fortes ici", assure le  Français qui s'est marié il y a quelques jours avec l'animatrice TV allemande  Andrea Kaiser.

Neuville qui assure ne pas encore pouvoir lutter pour la victoire estime  toutefois que la Huyndai devrait bien se comporter sur cette surface. De quoi  viser un podium ? "Je me sens très bien sur l'asphalet et les tests effectués récemment sont  prometteurs. Ce rallye aux portes de la Belgique, c'est un peu mon rallye à  domicile. Donc oui, j'espère y briller", explique le Belge, deuxième du  championnat l'an passé mais seulement septième provisoire cette saison qui  marque le retour de Hyundai en WRC.

La marque asiatique possède d'autres atouts pour briller à Trèves.  Vainqueur l'an passé (sur Citroën), Dani Sordo apprécie les routes allemandes  et a tout d'un prétendant au podium, à l'instar du Français Bryan Bouffier, récent vainqueur du Rallye d'Antibes (championnat de France) au volant de la  WRC. "L'Allemagne sera mon premier rallye au volant d'une voiture d'usine, note  le pilote de 35 ans. Le rallye d'Antibes a fait figure de test et m'a donné  beaucoup de confiance", indique-t-il à la veille du départ donné de la plus  ancienne ville d'Allemagne, Trèves, avec pour décor le site majestueux de Porta  Nigra, grande porte de l'époque romaine classée au patrimoine mondial de  l'UNESCO.

AFP