Sébastien Ogier Finlande
Sébastien Ogier à l'aise sur les bosses de Finlande | FRANCOIS BAUDIN / AUSTRAL / DPPI media

Ogier : "Ça commence à sentir bon"

Publié le , modifié le

Sébastien Ogier, qui vise dimanche un troisième sacre mondial d'affilée, a confié jeudi avant le départ du rallye d'Australie qu'il était "serein et assez détendu" car "ça commence à sentir bon" dans la course au titre.

Comment abordez-vous ce rallye d'Australie ?
"C'est un rallye que j'aime beaucoup, que j'ai gagné ces deux dernières  années. Ce sont des routes que j'apprécie. Je suis serein, assez détendu grâce  à notre position au championnat (93 points d'avance sur son coéquipier Latvala,  ndlr) et très motivé, car ça commence à sentir bon. On a notre première vraie  balle de match, avec une chance de décrocher le titre, donc on va tout faire  pour. Un podium, ou même une troisième place (15 points) avec la victoire (3  points) dans la Power Stage (ES17) serait synonyme de titre. L'objectif est  d'accrocher le titre dès ce week-end, mais le rallye d'Australie est difficile,  surtout en début de course quand on ouvre la route. On va certainement  souffrir, au moins au début, avec cette fameuse règle qui m'oblige à partir  devant pendant deux jours (en tant que leader du championnat, ndlr). Si je me  pose trop de questions, je me fais vite distancer. Il faut que je parte à  l'attaque."
   
Latvala, dans la même Volkswagen, est-il un rival comme les autres ?
"C'est un rival comme un autre, mais quand on se bat à armes égales,  c'est encore plus important d'arriver à être le meilleur. On dit souvent que le  premier homme à battre, en sport automobile, c'est son coéquipier car il  dispose du même matériel, donc ça fait de belles victoires et il n'y a pas  d'excuses à aller chercher. Je vais devoir tout donner, rester dans la lutte  pour les avant-postes et tenter de me battre pour la victoire, même si ça  s'annonce difficile."
   
Que s'est-il passé jeudi matin dans le "shakedown" (dernière séance  d'essais, ndlr), quand vous êtes parti sur deux roues dans une épingle ?
"C'était le tout premier virage, une épingle assez serrée, donc un  virage très lent, où j'étais trop lent. J'ai mordu le talus à l'intérieur, ce  qui m'a envoyé sur deux roues. J'ai eu le réflexe de débraquer et cela m'a  évité de partir en tonneau, c'est passé juste. Il n'y aurait pas eu de gros  dégâts, car j'étais à 10 km/h. La réussite fait partie du sport en général, il  en faut, et j'espère qu'elle restera avec nous."