Sébastien Loeb
Sébastien Loeb | AFP

Neuville devant, Loeb à la traîne au Mexique

Publié le

Le Belge Thierry Neuville (Hyundai) a pris la tête du Rallye du Mexique, 3e manche du Championnat du monde WRC, au terme de la courte première spéciale (2,53 km) disputée, jeudi soir, lors de la première journée, à Guanajuato. Sébastien Loeb se contente pour le moment de la 11e place.

Leader du classement général et vainqueur en Suède, Neuville a largement dominé le reste de la concurrence dans les rues pittoresques et étroites de cette ville située à près de 400 kilomètres au nord-ouest de Mexico. Il devance d'une seconde et 9/10 le Finlandais Ott Tänak (Toyota), et de deux secondes le Français Sébastien Ogier (M-Sport Ford), troisième. "C'est super de commencer comme ça, mais ça va être une épreuve difficile pour moi", a déclaré à l'arrivée le Belge, qui aura le redoutable privilège de balayer, vendredi, les poussiéreuses routes mexicaines.

Neuville s'élancera devant Ogier, son dauphin au général et quintuple champion en titre. Pour son grand retour en WRC, un autre pilote français, le nonuple champion du monde de la discipline Sébastien Loeb bénéficiera lui d'un ordre de départ favorable (11e), mais il a peiné, jeudi, à suivre le rythme de ses concurrents, en terminant au dixième rang de l'ES1, à quatre secondes et 7/10 de Neuville. Il n'était pas question de prendre le moindre risque pour le Français, dans une super-spéciale qui vaut davantage pour son ambiance festive et son décor -classé au patrimoine mondial de l'humanité par l'Unesco- que pour les écarts que l'on peut y creuser.

Loeb "prend du plaisir"

"Cela fait du bien d'être de retour, de prendre du plaisir", a déclaré Loeb, acclamé par des milliers de Mexicains. "Les sensations reviennent petit à petit", avait-il déclaré plus tôt, jeudi, au terme du "shakedown", qu'il avait aussi bouclé au dixième rang. Cent cinquante cinq kilomètres de spéciales sont au programme vendredi, où les voitures grimperont jusque 2.700 mètres d'altitude (ES3 et ES7), point culminant d'une épreuve où les moteurs sont aussi mis à rude épreuve par la chaleur.

AFP