Bryan Bouffier
Bryan Bouffier (Ford), premier leader du Rallye Monte-Carlo | AFP- Jean-Pierre Clatot

Monte-Carlo: Bouffier brille

Publié le , modifié le

Le Français Bryan Bouffier (Ford Fiesta RS) pointait en tête du 82e Rallye Monte-Carlo, 1re manche du Championnat du monde des rallyes (WRC), jeudi soir après les six épreuves spéciales d'une première journée dans laquelle la pluie s'est invitée. Sébastien Ogier (Volkswagen), retardé dans un premier temps par un mauvais choix de pneus, est parvenu malgré tout à terminer la journée à la 3e place.

Bryan Bouffier n'est pas un inconnu. Très expérimenté, notamment comme pilote d'essai, il  a déjà remporté le Monte-Carlo en 2011, mais c'était dans le cadre  du Challenge intercontinental des rallyes (IRC), moins coté que le WRC. C'était  aussi grâce à un choix de pneus judicieux, dans une spéciale enneigée de sa  Drôme natale. Il a  refait le coup jeudi matin, dans l'ES3, grâce à deux pneus neige  qu'il avait embarqués dans le coffre de sa Fiesta de  location, préparée par l'écurie M-Sport, et qui l'ont bien aidé dans la  descente enneigée du col de Perty.

"On a retrouvé un vrai Monte-Carlo, avec de la pluie, de la neige, de la  boue. C'est d'autant plus gratifiant de terminer la journée à cette place-là,  avec une voiture privée, contre des équipes d'usine", a déclaré Bouffier dès son retour au parc d'assistance de Gap. "En fait, j'avais pris ces pneus neige en prévision de la pluie qui était  annoncée, parce qu'ils évacuent bien l'eau", a-t-il avoué. Il était toujours aussi serein dans la soirée, , après avoir bien résisté lors de  la deuxième boucle du jour. Mais il ne s'emballait pas pour autant, à neuf  spéciales de l'arrivée samedi en Principauté:  "Il ne faut pas revoir les ambitions à la hausse. Il faut rester très  lucide par rapport à la météo, et très concentré virage après virage. Il va  aussi falloir gérer notre quota de pneus, car on en a déjà beaucoup utilisés  aujourd'hui". 

Le grand favori, Sébastien Ogier, pestait après son départ manqué. Même s'il est remonté de la 9e à la 4e en trois spéciales, le régional de l'étape s'en voulait de cette entame compliquée. "On peut s'estimer chanceux d'être encore là ce soir", a résumé Ogier qui a  ouvert la route, sur ses terres, avec le numéro 1 sur les portières de sa  Polo-R, et a perdu beaucoup de temps à la fin de l'ES3, dans la descente du col  de Perty, car il n'avait pas de pneus neige dans le coffre, contrairement à  Bouffier."J'aurais dû faire un choix de pneus un peu moins osé", a-t-il reconnu à  midi. Puis il a choisi les bons pneus pour la boucle de l'après-midi et a  terminé par deux temps scratch (ES5 et ES6), devant des centaines de fans  trempés par la pluie.   

Ogier rectifie le tir

Au terme de cette première journée à surprises, Ogier était encore devancé  par le Britannique Kris Meeke (Citroën DS3), 2e, et le Polonais Robert Kubica  (Ford Fiesta RS), 3e. L'ex-pilote de F1 a été l'autre héros du jour, car il a  signé les deux premiers temps scratch du jour, dans l'ES1 et l'ES2, au volant  d'une Ford Fiesta RS qu'il découvre cette semaine. Les perdants du jour ont été les pilotes Hyundai, à commencer par le Belge Thierry Neuville: abandon sur sortie de route dès la  première spéciale, au 10e des 25 kilomètres. Et comme un malheur n'arrive jamais seul, il a été rejoint sur la liste des abandons par son coéquipier Dani Sordo

Christian Grégoire