Sébastien Loeb (Citroën)
Sébastien Loeb devant sa Citroën DS3 WRC | DR

Loeb veut redevenir le Kaiser

Publié le , modifié le

Champion du monde incontesté depuis huit ans, Sébastien Loeb (Citroën) avait perdu son invincibilité en Allemagne l'an passé à cause d'une crevaison, ce que son rival Sébastien Ogier avait perçu comme une "justice". Un an plus tard, l'Alsacien compte bien retrouver la première place pendant que l'autre "Seb" peaufine le développement de la Polo WRC (Volkswagen). Et ce n'est pas la DS3 de Mikko Hirvonen qui devrait être gênante...

Sébastien Loeb n'est pas un homme de record. Malgré toutes ses statistiques hors norme en rallye, les chiffres lui importent bien moins que les sensations et l'ivresse de la victoire. De son rallye d'Allemagne 2011, l'octuple champion du monde ne retient que sa crevaison et le travail de Michelin pour corriger le tir. « Au moins, on a arrêté de me demander combien de fois je pourrais gagner de suite, lâche-t-il d'emblée. L’an passé, j’étais bien parti pour m’imposer, mais j’ai manqué de réussite en crevant en pleine ligne droite. Depuis, Michelin a bien réagi en introduisant de nouveaux pneus à carcasse plus rigide. Début juillet, nous avons consacré une bonne partie de nos essais à adapter les liaisons au sol à cette évolution. Je suis satisfait des progrès effectués. Nous risquons d’être un peu moins performants sur les parties bosselées, mais ce sera la même chose pour tout le monde. » Egalité de traitement pour les pneus mais pas égalité de talent. Sur asphalte, Loeb est encore largement au dessus de la concurrence, surtout avec une DS3 WRC diabolique. 

Vainqueur à huit reprises du côté de Trèves, Loeb est le grand favori ce week-end. Il connaît mieux que personne ces routes dans les coteaux à quelques kilomètres de son Alsace natale. Si "Seb" n'a pas fait le trou dès vendredi, celui qui avalera le plus vite le plat de résistance de samedi avec ses deux passages dans les 46 km du fameux camp de Panzerplatte sera proche de la victoire. Car dimanche, ce ne sera que le sprint final, avec deux spéciales dans la Sarre précédant la Power Stage courue dans les rues de Trèves. « On dit souvent que c’est chez moi, car c’était effectivement le rallye le plus proche de mon Alsace natale à l’époque où le Tour de Corse était encore au calendrier, rappelle Loeb. J’aime bien cette épreuve, parce qu’il y a toujours beaucoup d’amis qui sont là pour me soutenir… et aussi parce que je l’ai gagnée huit fois. Je ne le trouve pas facile pour autant, surtout en cas de pluie. La boue ramenée dans la trajectoire provoque des changements d’adhérence radicaux qui peuvent être difficiles à gérer sur des routes aussi étroites et rapides. »

Son meilleur ennemi sera donc lui-même car même si Mikko Hirvonen a fait des progrès sur asphalte, il ne semble pas en mesure de battre le Français à la régulière. "A bord d’une Citroën, je me sens très en confiance, plus que je ne l’ai jamais été sur cette surface, avance le Finlandais, battu par Loeb sur ses terres. J’avais déjà ressenti cela sur les spéciales sèches du Monte-Carlo. Lorsque j’ai repris le volant de la DS3 en essais, j’ai mesuré toute l’expérience de l’équipe sur ce type de terrain. Bien sur, j’ai cherché à décrire aux ingénieurs ce que je pensais du comportement, mais je n’ai pas éprouvé le besoin de changer quoi que ce soit aux réglages de Seb ! Quant à savoir quel sera mon niveau de performance, il faudra attendre les premières spéciales pour en juger. Si les conditions sont sèches et constantes, je pense que je pourrais me battre pour être au moins deuxième ! » C'est tout ce qu'on lui demande chez Citroën. La plus haute marche, c'est celle du patron !

Le programme du rallye d'Allemagne

Jeudi, Shakedown (Konz): 4,55 km à 9h00

Vendredi, 1re journée (Trèves-Trèves): 137,84 km chronométrés en 6 épreuves spéciales (3 tracés)
10h00: Sortie du parc d'assistance de Trèves (Trier)
10h48: ES1 Mittelmosel (24,90 km)
11h36: ES2 Moselland (22,79 km)
12h29: ES3 Grafschaft (21,23 km)
14h59: Assistance A (30 mn)
16h17: ES4 Mittelmosel (24,90 km)
17h05: ES5 Moselland (22,79 km)
17h58: ES6 Grafschaft (21,23 km)
19h28: Assistance B (45 mn, puis entrée dans le parc fermé)

Samedi, 2e journée (Trèves-Trèves): 164,9 km chronométrés en 8 épreuves spéciales (4 tracés)
7h10: Assistance C (15 mn)
7h58: ES7 Stein & Wein (26,54 km)
9h01: ES8 Peterberg (9,37 km)
9h54: Assistance éloignée Birkenfeld (15 mn)
10h53: ES9 Arena Panzerplatte (46,54 km)
13h40: Assistance D (30 mn)
14h43: ES10 Stein & Wein (26,54 km)
15h46: ES11 Peterberg (9,37 km)
16h39: Assistance éloignée Birkenfeld (15 mn)
17h37: ES12 Arena Panzerplatte (46,54 km)
19h37: Assistance E (45 mn, puis puis entrée dans le parc fermé)

Dimanche: 3e étape (Trèves-Trèves), 65,89 km chronométrés en 3 épreuves spéciales (2 tracés)
8h10: Assistance F (15 mn)
9h13: ES13 Dronthal (30,76 km)
11h36: ES14 Dronthal (30,76 km)
13h21: ES15 Circus Maximus (4,37 km Power Stage)
13h39: Assistance G (10 mn)
15h45: Podium
Distance totale: 1113,59 km dont 368,63 km chronométrés en 15 spéciales

Le point aux championnats du monde

Pilotes
1. Sébastien Loeb (FRA) 171 pts
2. Mikko Hirvonen (FIN) 128
3. Petter Solberg (NOR) 104
4. Mads Ostberg (NOR) 90
5. Jari-Matti Latvala (FIN) 69
6. Evgeny Novikov (RUS) 55
7. Martin Prokop (CZE) 38
8. Thierry Neuville (BEL) 32
9. Dani Sordo (ESP) 29
10. Ott Tanak (EST) 26
11. Nasser Al-Attiyah (QAT) 23
. Sébastien Ogier (FRA) 23
13. Armindo Araujo (POR) 11
14. François Delecour (FRA) 8
15. Dennis Kuipers (NED) 8
16. Pierre Campana (FRA) 6
17. Ken Block (USA) 2
18. Manfred Stohl (AUT) 1

Constructeurs/écuries
1. Citroën Racing 280 pts
2. Ford Motorsport 171
3. M-Sport (Ford) 115
4. Qatar WRT (Citroën) 49
5. Citroën Junior Team 48