Sébastien Loeb (Citroën)
Sébastien Loeb devant sa Citroën DS3 WRC | DR

Loeb: "Un week-end forcément particulier"

Publié le , modifié le

Le Français Sébastien Loeb qui pourrait décrocher son 9e titre de champion du monde au volant de sa Citroën DS3 lors du rallye de France de jeudi à dimanche s'apprête à vivre "un week-end forcément particulier" devant ses fans, dont "l'engouement impressionne".

Rouler en Alsace devant des milliers de supporters qui n'attendent que votre victoire, cela met la pression ?
SEBASTIEN LOEB: "Honnêtement, avec les reconnaissances, les briefings, les séances d'autographes, les interviews, je n'ai pas le temps de ressentir la pression. Par contre, je ressens très fort cet engouement autour de moi notamment. Pendant les reconnaissances, il a fallu beaucoup de temps pour se rendre au départ tellement il y a du monde sur les routes. C'est la seule fois de l'année que c'est comme ça. Hier (Mercredi), j'ai dû grimper au-dessus de ma voiture pour rentrer dedans tellement le public se pressait autour de la Citroën. Ca impressionne. Ce sera forcément un week-end particulier. On joue le championnat ici. Si on gagne le championnat même sans remporter la course, je serai content. La dernière spéciale se déroule à Haguenau (son village natal, ndlr), c'est bien car mon meilleur souvenir de rallye, ça reste ma victoire au championnat et au rallye il y a deux ans à Haguenau. On est en situation de revivre la même chose..."

Qu'est-ce qui peut vous empêcher de gagner ?
S.B: "Un ennui moteur, comme l'année dernière (Loeb avait été contraint à l'abandon dès la 3e spéciale, ndlr). Une faute, qui peut toujours arriver car le parcours est +piégeux+, surtout quand il +fait mouillé+ et que les conditions d'adhérence changent. Il y a deux ans, nous avions roulé dans des conditions extrêmes. C'est un rallye qui peut se révéler très délicat. Les spéciales dans les Vosges, Ormont notamment, peuvent se révéler très dangereuses. Le parcours a en outre été modifié de manière significative. Il y a quatre nouvelles spéciales. Le tout reste très rapide et très varié avec des spéciales en ville, dans les vignes, dans les sous-bois."

De qui vous méfiez-vous le plus ?
S.B: "Le seul adversaire dont je me préoccuperai, c'est Mikko (Hirvonen, son équipier chez Citroën, ndlr) puisque c'est mon seul adversaire au championnat. Les autre, je m'en moque finalement... Si je peux gagner le rallye, certes, c'est mieux. Mais je ne vais pas prendre de risques de me battre +à la seconde+ avec Latvala par exemple, si je vois que je peux remporter le championnat en me contenant de la deuxième place. Il n'y a pas la pression d'absolument gagner le rallye, même si ce serait bien, évidemment. La priorité, c'est le championnat."

AFP