Loeb sébastien portrait Argentine 2011
Le septuple champion du monde Sébastien Loeb | DR

Loeb: "Un soulagement"

Publié le , modifié le

Vainqueur du rallye de Catalogne, Sébastien Loeb a participé victorieusement à la conquête d'un nouveau titre constructeur pour Citroën. "C'est un soulagement quelque part, parce que ça faisait un moment qu'on pouvait presque le gagner et qu'il se passait toujours quelque chose", notait-il. L'Alsacien, qui en a profité pour battre le record de temps scratch détenu par Markku Allen, a pris une option pour un nouveau sacre.

- Qu'est-ce que ça fait de gagner à nouveau?
Sébastien Loeb: "Ca fait du bien et j'ai attendu la ligne d'arrivée de la dernière spéciale pour savourer. Je me suis dit: on ne sait jamais ce qui peut arriver, alors je suis resté concentré jusqu'au bout, sans me réjouir trop tôt. Je savais que la moindre erreur ce week-end, c'était terminé pour le championnat, et je suis conscient qu'au RAC (l'ancienne appellation du rallye de Grande-Bretagne, NDLR) ce sera pareil. Le record des temps scratch (803, soit deux de plus que le Finlandais Markku Alen, NDLR), ça fait plaisir, mais on est dans une situation où on n'a pas le temps de penser aux à-côtés. Je suis surtout content d'être revenu dans le coup et bien placé au championnat."

- Pouvez-vous nous résumer ce rallye parfaitement géré?
SL: "Je ne me suis pas vraiment traîné, et les deux premiers jours c'était quand même l'attaque, quitte à sacrifier quelques dixièmes (de seconde) dans certains virages bien précis, pour éviter les crevaisons. L'objectif n'était pas de faire tous les temps scratch, mais de conserver l'écart (sur les pilotes Ford). Dans la Power Stage (ES18, partiellement mouillée), on était en tête du rallye, la victoire était presque assurée, on avait des pneus Soft devant et des Hard derrière, c'était un truc à se casser la gueule, quand même. Et je savais que les Mini étaient en Soft, donc on a visé la 3e place. Finalement, c'était un soulagement."

- Comment allez-vous aborder le rallye de Grande-Bretagne?
SL: "On gagne ici, donc ça change un petit peu la donne, mais on n'est pas dans une position très confortable et il va vraiment falloir se battre aux avant-postes au RAC pour gagner le championnat. Ce sera un RAC assez long, compliqué, avec des spéciales nouvelles, et je vais le préparer au mieux. Il va falloir voir où en est 'Hirvo' (Hirvonen), car ce n'est pas forcément lui qui va gagner. S'il y a plus de candidats à la victoire, ça peut être un avantage pour moi, car je ne serai pas forcément obligé de finir devant lui (en raison du barème des points, NDLR). On décidera sur place, on verra comment ça se passe et comment je me sens...

- Que change le 7e titre constructeurs de Citroën?
SL: "C'est un soulagement quelque part, parce que ça faisait un moment qu'on pouvait presque le gagner et qu'il se passait toujours quelque chose. On va aborder le RAC en éliminant la pression du titre constructeurs, une partie du travail de cette année est déjà faite et on va pouvoir se concentrer sur le titre pilotes."

- Que pensez-vous de la saison d'Hirvonen, qui n'a gagné que deux fois?
SL: "Hirvonen a toujours récolté des points, même quand on se battait devant avec Ogier, il attendait et il terminait 3e. C'est le règlement, chacun gère comme il peut et ça prouve que la régularité paye. Il a mis un peu de temps à se mettre en route ici mais il a fait des temps pas mal, samedi soir et ce matin (dimanche). Il est aussi capable d'aller vite, quand il est bien dans ses baskets, à l'aise. Il est parfois surprenant, donc méfiance."

AFP