Loeb cagoule casque WTCC 2015
Sébastien Loeb et Citroën c'est bientôt fini | ALEXANDRE GUILLAUMOT / DPPI media

Loeb met les choses au point avec Citroën

Publié le , modifié le

Une page qui se tourne un peu brutalement. Non retenu par Citroën pour rouler en WTCC en 2016 avec José-Maria Lopez et Yvan Muller, Sébastien Loeb quitte donc le constructeur français et passe à "l'ennemi" dans le groupe PSA, Peugeot. Une situation à laquelle l'Alsacien n'était pas préparé vu son rôle majeur dans les succès de la marque depuis 2000. Le nonuple champion du monde WRC était notamment ambassadeur de Citroën qui restera malgré tout sa marque de coeur.

Quelques heures après le communiqué de Citroën annonçant son programme sportif pour 2016 et son retour en grande pompe en WRC l'année suivante, Sébastien Loeb a lui aussi diffusé un communiqué sur son compte Facebook. La légende du rallye a officialisé une séparation avec la marque qui l'a fait gagner et qu'il a fait gagner. Visiblement, la pilule a été difficile à avaler. Loeb a tant apporté aux Chevrons qu'il s'attendait à une toute autre sortie. "J’ai été surpris lorsque j’ai appris que je ne continuerai pas à défendre les couleurs de Citroën Racing en 2016, a-t-il indiqué dans son communiqué. Nous avons construit ce challenge en WTCC ensemble, avec pour objectif personnel de décrocher le titre Pilotes sous trois ans. Je suis déçu que l’aventure s’arrête après deux années parce que j’avais la volonté d’aller décrocher ce titre et que j’avais montré ma compétitivité à bord de la C-Elysée, avec quatre victoires en 2015 notamment."

Une drôle de fin

En 2016, Citroën a choisi de réduire la voilure en WTCC. Deux voitures seulement. Une sans surprise pour le double champion du monde argentin "Pechito" Lopez et une autre pour le Français Yvan Muller, quadruple champion du monde de la discipline. Loeb, bien placé pour terminer  2e du championnat cette saison, avait sollicité une C-Elysée. Il ne pensait pas qu'on la lui refuserait. D'où quelques jours de frictions entre l'Alsacien et Yves Matton, le grand patron de Citroën Sport, qui avance des restrictions budgétaires pour justifier son choix. Ambassadeur de PSA, Loeb évite toutefois les mots qui fâchent et ne veut retenir que le meilleur. "Une belle histoire prend fin, mais je n’ai aucun regret. Au contraire, je n’en garde que de supers souvenirs, écrit-il. Depuis le tout début des années 2000, Citroën a été ma marque de cœur. J’ai vécu des moments incroyables, que je n’imaginais pas vivre étant jeune. Et pour cela, j’aimerais remercier tous les gens qui m’ont donné l’opportunité de vivre ma passion au quotidien, qui m’ont fait confiance et qui m’ont accompagné dans ces victoires."

Bientôt en rallycross ?

Des succès, Loeb espère évidemment en apporter d'autres au groupe PSA mais sous la bannière Peugeot. "Une page se tourne. Une page importante de ma carrière, c’est certain. Mais je suis déjà tourné vers la suite et vers de nouveaux projets qui me passionnent au moins autant que le WTCC, avance-t-il. L’un d’entre eux est le Dakar dans quelques semaines avec Peugeot Sport." Ce retrait forcé du WTCC va lui permettre de se consacrer pleinement au rallye-raid au volant de la 2008DKR. Désormais pilote officiel du Lion, on ne l'imagine pas se contenter de trois courses en douze mois (Dakar et deux autres épreuves à définir, ndlr). Son calendrier subitement allégé, il pourrait rapidement trouver refuge dans le baquet d'une autre Peugeot officielle dans le championnat du monde de rallycross, discipline que l'Alsacien semble beaucoup apprécier. Ça tombe même plutôt bien puisque Peugeot a remporté le titre des équipes cette saison avec  le Team Hansen. Autre élément de motivation pour Loeb, c'est le Norvégien Petter Solberg, son ex-rival en WRC, qui domine ce championnat FIA. "J’ai toujours aimé découvrir de nouvelles choses… et gagner, conclut-il. Les prochains mois devraient répondre à mes attentes, en tout cas c’est l’objectif, et je suis impatient de relever ces nouveaux challenges."

VIDEO : LOEB et Citroën c'est fini