Sébastien Loeb (Citroën)
Sébastien Loeb (Citroën) en interview sur son avenir | DR

Loeb : "Le WTCC est un vrai défi"

Publié le , modifié le

Traqué depuis des mois sur son avenir en rallye, Sébastien Loeb a mis les choses au point lors du Mondial de l'automobile à Paris. Si l'Alsacien continuera de faire quelques piges en 2013 (trois ou quatre pour le moment), son avenir devrait s'écrire en WTCC à partir de 2014. La retraite, ce n'est pas encore pour demain. "J'ai besoin de rouler et de prendre du plaisir", nous a-t-il confié.

Sébastien, c'est une décision qui a été longue à prendre ?
Sébastien Loeb : Ça faisait longtemps que je me disais qu'il faudrait tourner la page du rallye un jour. Je me suis posé la question il y a deux ans, l'année dernière. J'étais presque décidé et finalement je suis revenu sur ma décision. A force d'être dans cette situation, j'ai compris que je ne pouvais pas tout arrêter d'un seul coup. Je ne me vois pas aujourd'hui comme un vrai retraité. D'où cette idée qui a germé de faire du WTCC. J'avais tout envisagé comme faire du Porsche Cup, du GT. Plutôt qu'une formule de promotion, là, ça reste un championnat du monde. C'est un vrai défi et c'est un championnat où on peut aller ensemble avec Citroën. On a tout gagné ensemble. L'histoire est sympa et ça correspond bien à la politique du groupe de réduire le budget à l'avenir.

La retraite totale était une possibilité ?
SL : J'y ai songé bien sûr mais ce n'est pas pour moi aujourd'hui. J'ai besoin de rouler et de prendre du plaisir. La retraite totale non, car je restais déjà dans l'idée de rouler un peu à côté pour me faire plaisir. Avoir un vrai défi, c'est plus sympa.

Si vous êtes bien placé après trois ou quatre rallyes, vous pourriez vous laisser prendre au jeu du titre ?
SL : Ce n'est pas le but aujourd'hui. A la base, je ne voulais pas me mettre la contrainte de dire je re-signe pour une saison complète. Je n'avais plus envie de ça. Faire quelques rallyes, pourquoi pas. Ça pourrait être amusant et je pourrais peut-être en profiter plus. Le Monte-Carlo est un rallye qui m'a plutôt bien réussi et que j'aime bien. Pour la suite, ce n'est pas tout à fait décidé.

Vous pourriez vous mettre au service de Mikko Hirvonen qui va jouer le titre ?
SL : Je suis là pour rouler, pas pour un rôle de soutien, surtout pas au Monte-Carlo. Après, tout est possible mais la situation n'a pas vraiment été envisagée. Je viens avant tout pour rouler. Jusqu'à présent dans la voiture, j'ai toujours eu envie de me battre pour la victoire. Des consignes d'équipe ? Ça dépend des écarts…

Vous connaissez le nombre de rallyes que vous allez disputer ?
SL : Combien on va en faire, je ne sais pas. Tout dépendra du plaisir que je vais prendre. Je vois ça comme situation intermédiaire pour préparer le futur. Faire du WTCC l'an prochain, ce n'était pas possible. Il fallait bien une année de transition. On n'a aucune certitude pour le WTCC mais on y travaille.

D'où vient cette envie ?
SL : L'idée vient de moi. Je me voyais sur circuit. Le WTCC est un championnat du monde. Les gens de Citroën ont l'air intéressé. Ce n'est pas fait mais la volonté est là des deux côtés. J'espère qu'on y arrivera.

Et refaire Le Mans, ce n'est plus d'actualité ?
SL : En tant que team manager de mon équipe (Sébastien Loeb Racing, ndlr), oui. En tant que pilote, non. Il n'y a pas de Citroën...