Loeb casque RAC 112010
Sébastien Loeb (Citroën) | DR

Loeb: "Je suis assez optimiste"

Publié le , modifié le

Sébastien Loeb (Citroën DS3), septuple champion du monde en titre, reste sur quatre victoires consécutives au Mexique (2006, 2007, 2008, 2010), un rallye dont le Français prendra le départ jeudi soir à Guanajuato, et pour lequel il se dit "assez optimiste".

Q: Comment envisagez-vous cette édition 2011 ?
R: "Je suis assez optimiste, on a un bon feeling, donc il n'y a pas de raison qu'on ne soit pas dans le coup. Ce sont des spéciales que j'aime bien, je viens de remporter les quatre dernières éditions et j'espère continuer sur ma lancée. Je pense qu'on pourra créer des écarts le vendredi (ndlr: en passant le 6e sur la route), mais le balayage du samedi et du dimanche va être long aussi, donc il faudra avoir assez d'avance vendredi soir pour pouvoir tenir deux jours devant. Ca risque d'être difficile. Ce résultat sera un premier enseignement pour la suite de la saison."

Q: Avez-vous digéré votre 6e place en Suède ?

R: "Je n'ai jamais commencé une saison par une 6e place en Suède, donc c'est bien pire que d'habitude. C'est comme ça, j'ai mes explications et j'espère que ça se passera mieux ici. On a quelques enseignements à tirer, au niveau de l'équilibre de la voiture. On a vu que par rapport aux Ford, sur les spéciales où il y avait du +grip+ (adhérence), on était assez proche. On repart plus ou moins d'une feuille blanche, même si on a fait pas mal d'essais sur la terre et qu'ils étaient plutôt satisfaisants."

Q: Comment allez-vous gérer l'altitude élevée de ce rallye ?

R: "Avec la réduction de cylindrée des moteurs cette année (ndlr: de 2 litres à 1600 cc, toujours avec turbo), et avec l'altitude, ça commence à faire un moteur assez creux. Ca va faire bizarre mais ce sera pareil pour tout le monde. Les Ford n'ont jamais été bien ici, on n'a jamais trop compris pourquoi, alors que sur les autres rallyes ils étaient beaucoup plus présents. Si jamais les Citroën sont devant les Ford ici, on ne pourra être sûrs de rien, mais si les Ford sont devant les Citroën, il faudra commencer à s'inquiéter..."

AFP