Sébastien Loeb
Sébastien Loeb à l'attaque sur les routes alsaciennes | AFP - PATRICK HERTZOG

Loeb fait céder la concurrence

Publié le , modifié le

Déjà en tête après la première journée de course, Sébastien Loeb (Citroën DS3) a consolidé son fauteuil de leader samedi dans la forêt alsacienne. Il compte désormais 29 secondes d'avance sur Jari-Matti Latvala (Ford Fiesta RS) et 54 secondes sur son coéquipier Mikko Hirvonen. L'octuple champion du monde n'est plus qu'à 24h d'un neuvième titre. Dimanche, il devra devancer Hirvonen pour être assuré d'un nouveau sacre, le seul à pouvoir encore l'en empêcher.

Bientôt retraité Sébastien Loeb ? S'il a annoncé il y a quelques jours dans la presse son retrait partiel pour 2013, ce n'est en tout cas pas l'impression laissée samedi par le "quatre fois double" champion du monde. L'asphalte est sa surface de prédilection et il l'a encore démontré samedi. Parti en leader, l'homme de tous les records en WRC a fait fructifier son avance spéciale après spéciale. En plus de ses quatre temps scratch du jours, il a surtout évité les fautes, là où certains de ses rivaux se sont fait surprendre : Dani Sordo (Mini) en tête à queue et Petter Solberg (Ford Fiesta) victime d'une violente sortie de piste dans les vignes ce matin. Derrière Loeb, seul Latvala (Ford Fiesta), tout juste auréolé de son succès en Grande Bretagne est parvenu à suivre sa cadence. Le Finlandais lui rend cependant 29 secondes en fin de journée dont 18, rien que dans l'ES 10, la spéciale la plus longue de la journée avec 43,45km.

C'est d'ailleurs dans la matinée que la paire Loeb-Elena a fondé la plus grande part de son avance. Avec 13"1 d'avance à l'issue de la première journée, Loeb a réalisé le premier temps scratch de la journée lors de l'ES9, spéciale de 18.16km, reprenant déjà 1"9 sur Mikko Hirvonen (Citroën DS3), coéquipier mais rival au championnat, et 2"1 sur Jari-Matti Latvala (Ford Fiesta RS). Lors de ce premier acte de la journée, à mi-parcours, celle du massif des Grands Crus dans la région de Strasbourg, Solberg a abordé trop rapidement un virage gauche avant de faucher quelques vignes et de terminer sa course contre un pilonne électrique, qu'il a fait tomber à quelques mètres de certains spectateurs. Immobilisée, la Ford n'a pas été capable de repartir. Solberg qui occupe la troisième place provisoire du championnat du monde derrière le Français Sébastien Loeb et le Finlandais Mikko Hirvonen, perd toute possibilité de réaliser un bon résultat ce week-end en Alsace.

18" perdues par Latvala en 43.45km

Ce n'était qu'un début. Car l'ES 10 était forcément un juge de paix beaucoup plus important, puisque longue de 43.45km. Près de 24 minutes d'efforts, de concentration, cela offrait bien des possibilités de partir à la faute. Un seul l'a fait, Jari-Matti Latvala, parti en tête à queue sans dommage pour sa Ford en début de spéciale, et qui a concédé 10" dans cette erreur. A l'arrivée, le Finlandais perd 18" sur le Français, et voit revenir Hirvonen dans ses rétroviseurs. Le pilote Citroën, s'il concède 9"5 sur l'Alsacien, se rapproche à 11" de la deuxième place occupée par la Ford. Mais les deux hommes sont loin du leader: 33"2 pour Latvala, 44" pour Hirvonen. Lors de cette ES10, Nasser Al-Attiyah (Citroën DS3) est sorti de la route, faisant deux blessés parmi les spectateurs, contraignant les organisateurs à suspendre la suite de la spéciale alors que les meilleurs étaient passés: "Les deux blessés souffrent de fractures, l'un à un bras, l'autre à une jambe. Ils ont été conduits par ambulance vers un hôpital. Ce sont des blessures légères", a déclaré la chef de presse Françoise Despierre à l'AFP. L'ES 11 a permis à Latvala de reprendre de la distance sur Hirvonen (8"2 de plus) et de réduire l'écart avec Loeb (3"2 de moins) mais l'ES 12 ayant été annulée en raison du trop grand nombre de spectateurs sur le tracé et notamment dans les zones interdites. 

Le début d'après midi laissait croire à une révolte des Ford. Profitant du léger ralentissement du leader de l'épreuve, Latvala signait le scratch de l'ES 13 et reprenait trois secondes à Loeb pour pointer à 27 secondes. Un sursaut anecdotique puisque sur ses terres, Loeb remettait rapidement les pendules à l'heure. En s'emparant du temps de référence sur l'ES 14 et l'ES 15, il concluait la journée avec 29 secondes d'avance. Sur bitume, le patron c'est bien lui. Sa 9e couronne mondiale se rapproche à grandes enjambées.

Neuville pointe en retard et fustige son co-pilote

Dans la course pour le podium, le Belge Thierry Neuville a été pénalisé pour un incident agaçant : un retard de pointage. Le pilote de la Citroën junior a été sanctionné de 20 secondes pour ce manque de ponctualité. "On se bat (pour un podium) avec les meilleurs et puis on perd vingt secondes bêtement à cause d'une erreur du copilote (Nicolas Gilsoul, ndlr). Je suis fâché. Franchement, j'en ai marre". Une mésaventure qui l'a fait reculer de la 4e à la 7e place à la mi-journée. La journée était décidemment frustrante pour le Belge puisqu'il a ensuite calé dans l'ES14 et perdu quelques secondes supplémentaires.

Voir la video

Voir la video