Loeb Citroën DS3 Mexique 032011
Sébastien Loeb (Citroën DS3) | DR

Loeb entre les pierres

Publié le , modifié le

Sébastien Loeb a pris la tête du rallye du Mexique, vendredi à l'issue de la 1re étape. Le Français devance de 11"20 son coéquipier Citroën Mikko Hirvonen et de plus d'une minute le surprenant Norvégien Mads Ostberg (Ford). Une journée autour de Leon marquée par des incidents et une spéciale annulée.

Sébastien Loeb est bien chez lui ce week-end. Invaincu depuis 2006 sur les routes mexicaines, le Français de Citroën a pris les commandes du rallye WRC vendredi à l'issue de la 1re étape. L'Alsacien a signé les meilleurs temps dans trois spéciales pour prendre de l'avance (ES4, ES5, ES10). Avant de remettre ça samedi, le champion du monde compte onze secondes de marge sur son coéquipier Mikko Hirvonen et plus d'une minute sur Mads Ostberg, chef de file d'une armée de quatre Ford qui se tiennent en 25 secondes. Une marge jugée "confortable" par le directeur de Citroën, le Belge Yves Matton.

Il faut dire que Ford n'a pas été épargné par les pépins vendredi. En tête jeudi soir, Petter Solberg connaissait deux crevaisons dans l'ES 2 et l'ES 3. Dans l'ES 5, Jari-Matti Latvala brisait sa suspension avant en heurtant une grosse pierre. Un ralentissement matinal pour le Finlandais qui repartait pied au plancher dans l'après-midi, empochant au passage la moitié des spéciales (ES3, ES6, ES7, ES8) et remontant à la 4e place du classement, à 1'27" de Loeb, juste devant Solberg revenu fort également en fin de journée.

L'ES 9 annulée pour jets de pierres

"Les Ford ont eu des ennuis ce matin et cela fait nos affaires, car on voit que Latvala va très vite. Cela n'aurait pas été facile", reconnaît Loeb. "On a des sentiments mêlés après cette journée car nous avons vraiment été malchanceux ce matin, mais ensuite Jari-Matti en particulier a réalisé des performances fantastiques. On n'a jamais été aussi compétitif ici", confirme Malcolm Wilson, responsable chez l'écurie américaine.

Si Loeb a parfaitement géré sa course, il a surtout été épargné par des spectateurs de Leon intenables, parfois à la limite du bon comportement. "Un spectateur m'a lancé une pierre dans le pare-brise alors que je roulais en 6e vitesse dans l'ES5. Cela a pété très fort et m'a sorti de mon rythme", explique le Belge Thierry Neuville, 4e le matin. "Un kilomètre plus loin, j'avais un chien au milieu de la route. J'étais complètement perdu". Les organisateurs ont finalement décidé d'annuler l'ES 9 qui empruntait le même tracé de 23 km que l'ES 5. "L'ES9, cela fait dix ans qu'elle devrait être annulée", souligne Loeb. "Cela fait dix ans que l'on prend des pierres dans le pare-brise et que l'on rencontre des grosses pierres posées. La décision d'annuler était la meilleure solution. Les gens d'ici n'ont pas envie qu'on passe dans leur coin. C'est leur droit. Autant qu'on aille ailleurs".

Classement général provisoire après l'ES12:
1. Sébastien Loeb-Daniel Elena (FRA-MON/Citröen DS3) 1h 24:46.4
2. Mikko Hirvonen-Jarmo Lehtinen (FIN/Citröen DS3) à 11.2
3. Mads Ostberg-Jonas Andersson (NOR-SWE/Ford Fiesta RS) 1:11.9
4. Jari-Matti Latvala-Miikka Anttila (FIN/Ford Fiesta RS) 1:27.9
5. Petter Solberg-Chris Patterson (NOR-GBR/Ford Fiesta RS) 1:35.4
6. Ott Tanak-Kuldar Sikk (EST/Ford Fiesta RS) 1:36.7
7. Evgeny Novikov-Denis Giraudet (RUS-FRA/Ford Fiesta RS) 2:02.0
8. Chris Atkinson-Stéphane Prevot (AUS/FRA/Ford DS3) 2:33.7
9. Nasser Al-Attiyah-Giovanni Bernacchini (QAT/ITA/Citroën DS3) 2:48.6
10. Armindo Araujo-Miguel Ramalho (POR/Mini) 3:30.2
11. Sébastien Ogier-Julien Ingrassia (FRA/Skoda Fabia 2000) 4:15.2
(1er en S2000)
 
Meilleurs temps dans les épreuves spéciales: P. Solberg 1 (ES1), Hirvonen 2 (ES2), Latvala 4 (ES3, ES6, ES7, ES8), Loeb 3 (ES4, ES5, ES10), Al-Attiyah 1 (ES11), Atkinson 1 (ES12) - ES 9 annulée