Loeb: "Ca s'annonce difficile"

Publié le , modifié le

Avec 58 points d'avance sur son coéquipier Sébastien Ogier au classement du championnat du monde WRC, Sébastien Loeb (Citroën C4) a débuté jeudi soir un rallye du Japon qui s'annonçait "difficile", en espérant se rapprocher encore d'un 7e titre mondial. "L'objectif c'est de marquer des points. On peut éventuellement être titrés mais ça dépend de différents faits de course, pas seulement de moi", a confié le pilote alsacien.

Q: La perspective d'un 7e titre change-t-elle votre approche de ce rallye ?
R: "Non, pas fondamentalement. Ici au Japon, l'objectif c'est de marquer des points. On peut éventuellement être titrés mais ça dépend de différents faits de course, pas seulement de moi. Il faut faire abstraction de tout ça et se concentrer sur sa course. Je vais essayer de partir sur un rythme correct, en attaquant, car c'est un rallye très difficile, très piégeux, où les pistes sont en très mauvais état, et si on commence à gérer d'entrée on risque de se retrouver sur un faux rythme. Ca s'annonce difficile. C'est plus important de marquer des points que de tout risquer pour une victoire. Après, il y aura des rallyes asphalte et j'espère qu'on pourra en profiter".

Q: Ce n'est pas l'un de vos rallyes préférés...

R: "Je l'ai déjà gagné, quand même (ndlr: en 2006), mais ce n'est pas le rallye sur lequel je suis le plus à l'aise en général. Dans ce type de spéciales, les routes sont vraiment défoncées, on se fait secouer dans tous les sens, il y a des grosses pierres partout. Ce n'est pas très intéressant, on roule dans des rails, et ça ne convient pas forcément à ma voiture. Alors que pour Ford, c'est vraiment leur type de rallye, ici ou en Pologne, sur des spéciales pas très sympas où il y a beaucoup d'ornières. Je n'aime pas le type des rallyes où on subit les conditions de route, je préfère ceux où on peut s'exprimer au niveau du pilotage, en soignant les trajectoires. Ici ce n'est pas le cas".

Q: Vous préféreriez être sacré ici au Japon, ou début octobre en Alsace ?
R: "Etre sacré en Alsace, ça aurait de la gueule, mais je ne suis pas en mesure de choisir. Je n'ai pas beaucoup parlé de l'Alsace avec mon entourage, parce que j'ai eu un agenda très chargé ces dernières semaines, mais c'est bien sûr un rendez-vous que j'attends impatiemment. Les chances d'être titré ici sont faibles, mais on va faire pour le mieux. En fin de saison, il y a toujours cette pression du résultat (ndlr: du titre), donc ce sont parfois des rallyes où je ne suis pas libéré, pas à l'aise. Il faut essayer de faire abstraction du reste pour attaquer, et c'est comme ça que ça se passe le mieux, en général".

AFP