China Grand Rally
Le China Grand Rally s'est implanté en Chine | DR

Le rallye-raid s'implante en Chine

Publié le , modifié le

La Chine ne s'éveille pas seulement pour l'automobile, elle prend goût à la compétition. Le China Grand Rallye, épreuve de 6050 kilomètres dirigé par Hubert Auriol, s'est achevé fin septembre, une grande première qui en appelle d'autres.

Le pari est réussi ! Quatorze jours de course, 97 concurrents, 87 voitures et 10 motos ont découvert une partie de l'immensité de l'empire du milieu et son terrible désert de Gobi. Un terrain de jeu idéal avec ce qu'il faut de plaines et de sables. "Les concurrents étaient tous unanimes en ce qui concerne la variété des pistes et des paysages traversés cette année et n'avaient souvent qu'un seul regret, que le kilométrage des spéciales ne soit pas plus important. Mais pour une première, c’était déjà bien suffisant", a expliqué Hubert Auriol.

Sur le plan sportif, la course a connu un rebondissement la veille de l'arrivée avec l'abandon du leader Carlos Sousa (team Haval). Un coup dur pour SMG, qui a construit les deux Great Wall, mais contrebalancé par le succès de l'autre voiture avec le Chinois Zhou Yong associé à QingKai Chen. "Sur un rallye-raid, tout peut arriver jusqu’à la dernière minute. Nous n’avons eu aucun souci majeur, la voiture a été parfaite du début à la fin. Les road-books étaient tous parfaits et les paysages sublimes. Nous serons là l’année prochaine pour défendre notre titre !", a expliqué Zhou Yong.

Sur deux roues, pas de KTM comme sur le Dakar mais une moto chinoise. L'Argentin Pablo Oscar Pascual s'est imposé sur une Jincheng. "Je suis ravi de cette victoire. Je tiens à remercier toute l’équipe, mon assistance qui a fait un super travail, mais aussi ma traductrice qui m’a rendu cette aventure plus facile ! On s’est tous entraidés dans l’équipe et le résultat est là." Si tout le monde s'accorde à dire que ce premier jet est une réussite, reste à pérenniser l'évènement. C'est bien parti avec une édition 2014 déjà dans les tuyaux.