Julien Ingrassia Volkswagen
Julien Ingrassia, le copilote de Sébastien Ogier (Volkswagen) | FRANCOIS BAUDIN / DPPI MEDIA

Ingrassia : "Le WRC à côté de la plaque"

Publié le , modifié le

Julien Ingrassia, copilote de Sébastien Ogier et champion du monde des rallyes, estime que la promotion actuelle du WRC est "à côté de la plaque".

Q: Un rallye quasiment inédit au calendrier WRC (ndlr: une seule édition en  2009, sur un parcours différent), Est-ce beaucoup de travail pour un copilote ?
R: "Beaucoup de travail, ça ne me fait pas peur, car habituellement un  copilote n'a pas le temps de s'ennuyer. Par contre, passer du temps sur la  route pour rien, avec des journées d'une telle amplitude (ndlr: de 7h à 22h  vendredi) qu'aucune télé, aucun média, ne peut couvrir l'événement, je trouve  cela complètement à côté de la plaque et aux antipodes de ce qu'on recherche  aujourd'hui. La FIA (ndlr: fédération internationale de l'automobile) ne sait  pas vraiment ce qu'elle veut: l'an dernier elle disait que les rallyes devaient  durer quatre ou cinq jours, maintenant elle veut les réduire à deux jours et  demi..."
   
Q: Ce rallye de Pologne est-il une bonne idée ?
R: "Je suis clairement convaincu que ce rallye est un bel événement, dans  un pays entre guillemets +de l'Est+ où il y a un gros potentiel, et où c'est  peut-être moins compliqué à organiser qu'en Russie. Mais quand les spéciales  sont toutes droites au milieu des sapins, ça n'a aucun intérêt. Et ce n'est pas  parce qu'on aura du monde à l'assistance de cette ville dont j'ai oublié le nom  (ndlr: Druskininkai, en Lituanie, vendredi après-midi), que ce rallye sera une  réussite, parce qu'on aura fait 160 km de route pour aller là-bas..."

Q: Que vous inspire le succès populaire de ce rallye, autour du héros local  le Polonais Robert Kubica ?
R: "Il n'y a pas de quoi se gargariser. C'est bien d'avoir du monde sur le  rallye, mais on veut aussi de la télé, des médias internet, du +live+ et du  "show", comme ils le font en Finlande et en France, ça c'est génial. Les  écuries ont investi dans de beaux motor-homes, on peut inviter des gens, on  pourrait faire des passerelles avec d'autres sports, faire venir des joueurs de  foot et les faire monter dans nos voitures de course. Mais il n'y a pas de  cadre existant. On ne parle que de sportif ou de technique, alors qu'il  faudrait d'abord penser promotion et médias, et après seulement en faire  découler le règlement sportif et technique".

AFP