Rallye WRC 2017 Citroën
Le retour au premier plan de Citroën, l'un des temps forts de la saison WRC 2017. | Jean-Pierre Clatot / AFP

Constructeurs, pilotes, règlement : le WRC à l'heure du changement

Publié le , modifié le

La saison 2017 de WRC s'ouvre aujourd'hui avec le mythique rallye de Monte-Carlo. Une première manche du championnat du monde des rallyes qui soulève de nombreuses interrogations. Equipes, constructeurs, calendrier, pilotes : l'intersaison a été mouvementée. Le cas de Sébastien Ogier en aura été le parfait exemple. Passé chez Ford, le Français tentera d'obtenir un cinquième titre mondial. Il devra pour cela résister à la concurrence et à celle de Citroën notamment.

Elles sont prêtes à vrombir de nouveau. Les WRC de nouvelle génération partent à l'assaut du rallye de Monte-Carlo dès aujourd'hui. Jusqu'à dimanche, la 85e édition de l'épreuve promet d'être périlleuse. Les températures polaires attendues vont recouvrir de neige les routes des massifs alpins. Une première manche du championnat du monde qui devrait donc réserver des surprises mais surtout dévoiler les forces en présence de cette saison 2017.

Avec Ford, l'outsider Ogier visera la passe de cinq 

Quadruple champion du monde en titre, Sébastien Ogier a dû quitter l'écurie Volkswagen Motorsport en raison du retrait de la firme allemande. Sans structure à l'intersaison, le Français n'a retrouvé sa place qu'au dernier moment dans l'équipe M-Sport. C'est donc au volant d'une Ford Fiesta qu'il tentera de décrocher un cinquième titre mondial. Une quête qui parait difficilement réalisable au vu du peu de moyens techniques et financiers mis à sa disposition. Mais avec lui, rien ne semble impossible...

Chez M-Sport et au volant d'une Ford Fiesta WRC, Sébastien Ogier tentera de remporter un cinquième titre mondial consécutif.
Chez M-Sport et au volant d'une Ford Fiesta WRC, Sébastien Ogier tentera de remporter un cinquième titre mondial consécutif.

Citroën et Toyota, retours marquants

Ce sont deux marques légendaires du WRC. Régnant sans partage pendant "les années Loeb" (2004-2012), Citroën fait son retour en haut de l'affiche avec une C3 WRC au look décapant. L'Anglais Kris Meeke et le jeune Nordiste Stéphane Lefebvre (24 ans) seront donc attendus au tournant. Pour Toyota, la donne est différente. Après 18 ans d'absence, la puissante marque japonaise revient avec un fort accent finlandais. L'ancien quadruple champion du monde, Tommi Mäkinen, dirigera ses compatriotes Jari-Matti Latvala et Juho Hänninen au volant d'une Yaris WRC.

Avec une nouvelle C3 WRC, Citroën est plein d'ambition pour 2017.
Avec une nouvelle C3 WRC, Citroën est plein d'ambition pour 2017.

Et si Hyundai était l'équipe à battre ?

C'est la seule écurie qui a fait preuve de stabilité à l'intersaison. Même pilotes, même structure, Hyundai peut légitimement endosser le costume de favori dans la course au titre mondial. Avec le Belge Thierry Neuville, deux fois vice-champion du monde, le constructeur sud-coréen possède le parfait archétype d'un futur lauréat prêt à bondir sur la première marche. Cette saison 2017 pourrait bien être celle de la consécration pour un groupe présent depuis quatre ans dans le gratin du rallye mondial.

Des bolides toujours plus développés

Plus puissantes, plus profilées et tout simplement plus rapides, les WRC nouvelle génération sont des exemples de technologie. Développant entre 380 et 390 chevaux, ces nouveaux engins disposeront désormais d'un aileron arrière impressionnant  afin d'optimiser l'aérodynamisme et l'appui au sol. Pour la plus grande joie des pilotes ? Au détriment de la sécurité ? Autant de questions qui trouveront leur réponse tout au long de cette saison 2017.

A l'image de la Ford Fiesta de l'équipe M-Sport, le look des voitures WRC se démarque des précédentes de par son aileron arrière beaucoup plus élargi.
A l'image de la Ford Fiesta de l'équipe M-Sport, le look des voitures WRC se démarque des précédentes de par son aileron arrière beaucoup plus élargi.

Fabien Mariaux